Accueil » Actualités » Qu’est-ce que le DAS, et est-ce que c’est dangereux ?

Qu’est-ce que le DAS, et est-ce que c’est dangereux ?

Tout premièrement, indiquons une évidence, sans doute l’une des lapalissades les plus importantes dans l’univers du smartphone : un téléphone, ça émet et ça reçoit des ondes.

Car c’est un fait, lorsqu’il n’est pas en « mode avion », un mobile ça se « connecte sans fil » à une antenne… et forcément, il n’y a pas de magie possible, le téléphone va bien devoir recourir des ondes.

Alors, partant de ce postulat, les autorités européennes (pour ce qui nous concerne, mais nos chers amis américains ont fait la même chose) imposent une norme aux constructeurs qui veulent commercialiser leurs mobiles dans l’Union.
Une sorte de « score maximum » à ne pas dépasser, sinon le téléphone est interdit à la commercialisation dans l’UE, ce qui inclue la France naturellement.

Quant aux chinois et plus largement le reste du monde (hormis les Etats-Unis) ? Ils s’en tamponnent le coquillard…

Le DAS, c’est quoi ?

Ce « score maximum » est de 2w/kg (comme ça, je sais, ça ne veut rien dire du tout).
Et la « norme » est appelé Débit d’Absorption Spécifique (l’acronyme étant : DAS).
Le DAS, c’est pour l’Union Européenne, car aux Etats-Unis, il y a le SAR (Specific Absorption Rate)… mais qui revient à la même chose dans l’ensemble.

Comment calcule-t-on le DAS ?

Avec des appareils spécifiques, et des analyses réalisées par des organismes indépendants (organismes certificateurs).
Il y a bien une série de formules pour ce calcul de DAS, mais le non-matheux que je suis va se limiter à vous indiquer qu’il s’agit de mesurer un événement en watt par kilogramme.
Autrement dit, cette méthode consiste à mesurer le champ élétromagnétique créé et à l’occasion du calcul du DAS et de mesurer la chaleur générée par l’exposition à un smartphone en cours d’utilisation.

Alors, est-ce que c’est dangereux ?

Le DAS en lui-même, non, car c’est juste une méthode de calcul, une norme.
Mais ce qu’il exprime (un score en watt par kilogramme) peut avoir des incidences.
Et c’est là où ça devient un beau bordel… car au final, aucune étude n’a suffisamment de recul pour dire que « oui c’est dangereux » ou que « non, ça ne l’est pas ».

Cependant, le monde est bien fait, et les pays industrialisés dans lesquels nous vivons, ont appliqués ce qui s’appelle le « principe de précaution » : en clair, tant qu’on ne sait pas, on fait attention…

Et donc, l’histoire dans tout ça ?

Et bien, certains utilisateurs de mobiles ne regardent pas le DAS…
Que ce soit par manque d’information, ou parce qu’ils ne s’en soucient absolument pas. Et ceux-là ont peut-être raison, qui sait. On en parlera dans 20 ans, lorsqu’on aura plus d’études fiables.

D’autres, et j’en fais partie, sont vigilants… et ce sans avoir besoin de tomber dans la paranoïa ou la thèse conspirationniste du « l’industrie veut la peau des honnêtes gens, c’est le retour des illuminatis, la fin du monde ».

Plus sérieusement, il appartient désormais à chacun de s’informer et de prendre le pour et le contre lors de l’achat d’un smartphone.

Pour ma part, tout au long de l’année 2013 et 2014, aucun de mes téléphones personnels n’avait un DAS supérieur à 1w/kg (en dessous des 2w/kg à ne pas franchir en Europe). Tout simplement parce que bon nombre de téléphone sont bien en dessous de ça.
En 2015, je vais même tabler sur un 0,8w/kg, car là aussi, les derniers mobiles commercialisés arrivent généralement à tomber en dessous de cette barre (et certains sont même à 0,2-0,3 W/kg).

Un dernier mot pour la route ?

Enfin, les organismes publiques concernés conseillent d’utiliser un kit piéton afin d’éloigner le mobile de la tête lors d’un appel… cependant, c’est décaler le problème, car le téléphone se trouvera alors dans une poche, ou dans vos mains mises proches de votre ventre, etc.
Reste que le danger pour le cerveau serait alors moindre, bien évidemment.

Et n’oublions pas que les plus jeunes sont les plus exposés, du fait que leurs corps sont bien plus fragiles que ceux d’adultes bien portants.
Faites donc attention (principe de précaution, là aussi) si vous offrez un mobile à un pré-ado/ado, et évitez les mobiles avec des DAS trop importants. Enfin, je dis ça, vous faites bien ce que vous voulez.

Bonus : le DAS, un argument marketing ?

Sérieusement ? Pas une seule seconde !
J’avoue n’avoir jamais vu ou entendu un constructeur se vanter d’avoir un bon DAS… parce qu’il s’agit tout simplement d’un élément anxiogène. Dire au consommateur qu’un téléphone est moins dangereux qu’un autre (ou dire qu’il est peu dangereux) reviendra toujours à sous-entendre qu’il y a un danger…

Le plus simple pour le vérifier est de regarder les publicités des marques de smartphones.
Où se trouve l’indication du DAS ? En petit… oh oui. Bien petit, dans un coin.
De même pour le spot TV du dernier smartphone à la mode. Soyez certain qu’il ne commencera pas par « on a mis 4Go de RAM, et en plus, on a un DAS du tonnerre »…

Le DAS est alors autant valorisé par la marque que le nombre de milligrammes de nicotine dans un paquet de cigarettes par un industriel du tabac…

—–
Et vous, qu’en pensez-vous ? Quel est votre avis désormais ?
Lâchez-vous, réagissez, et mettez un commentaire ;)

A propos de Marco pour Top For Phone

Passionné de hi-tech, je suis l'Editeur et le Rédacteur en Chef de Top For Phone. Dans le registre des loisirs, j'aime la voiture, la moto... et les jeux vidéo (Xbox et PC).

9 commentaires

  1. Très bon article ou new
    Pourquoi pas en faire un article et le classer dedans. La c’est plus qu’une news.

    En ce qui me concerne,
    Le DAS n’est pas parmi les 1ers critères que je regarde. Dans l’ordre : autonomie, qualité de l’écran, ROM, puissance & RAM, hergonomie de la surcouche…
    Tant que le DAS est en dessous de la tolérance moi ça me va.

  2. Super article!
    Ça change de d’habitude! (Quand je dis ça change de d’habitude je veux dire que c’est bien de proposer quelque chose de différents de temps en temps !)

  3. Hey TFP, pour moi le DAS peu être dangereux au dessus de 1 w par kg. Surtout chez les téléphones chinois comme xiaomi meizu ou autre, après il y a des marques comme Wiko qui propose des téléphones avec un DAS assez bas.

  4. Très bon article, merci Marco …
    J’ai une question qui peut sembler idiote (je m’en excuse), quel composant dans le téléphone émet les ondes qui sont mesurées par le DAS ? Y a t-il des fabricants (Qualcomm, Mediatek …) dont les composants ont des DAS plus faibles ?

  5. Enfin on nous parle du DAS bravo !
    Comment peut on expliquer que certains téléphones ont encore des DAS desastreux alors qu’on assiste de plus en plus a une standardisation des composants (en gros c’est l’emballage qui change pas le contenu ) à l’interieur c’est tres souvent les memes marques de composants.
    Partant de ce constat le DAS devrait être toujours sensiblement le même en comparant des téléphones de mêmes genarations.
    Il doit forcement y avoir une autre explication.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>