Flash news
Accueil » Tests & Comparatifs » Test du Wiko Slide : grande diagonale, petit prix

Test du Wiko Slide : grande diagonale, petit prix

Wiko Slide-vue (10)Et voici le nouveau phablet de chez Wiko. Reprenez le même design que pour le Wiko Wax, étirez le en 5,5 pouces et vous aurez dans les mains le Wiko Slide, premier smartphone Wiko adoptant cette taille d’écran.

Il est même étonnant que le constructeur chinois n’ai pas choisi de sortir plus tôt un produit de cette envergure.
Jusqu’à présent, le catalogue de la marque passait directement de 5 pouces à 5,7 pouces en la présence du Darkside.
Wiko comble ce grand écart au bon moment, les phablets ayant le vent en poupe cette année.
Bonne surprise, le prix de vente de 169 euros permet de faire l’expérience d’une grande diagonale pour une somme encore raisonnable.

Comme à chaque fois, nous aborderons en premier lieu l’aspect esthétique (écran, design, finition). Le hardware, en gros la puissance du téléphone, l’aspect software, l’OS et son éventuelle surcouche
Nous verrons ensuite comment il se comporte à l’utilisation avant d’en arriver à la conclusion, est-ce que Top For Phone vous le conseille ou non ?

1. Esthétique : Wax en pleine croissance

  • Wiko Slide-vue (1)Face/avant :
    Un écran de 5,5 pouces dans un châssis sobre et très classique.
    La LED de notification, les capteurs de luminosité, de proximité et l’APN sont positionnés à droite de l’écouteur.
    Le bas du téléphone accueille les 3 touches d’interaction rétro-éclairées traditionnelles, menu, retour et home.
  • Dos/arrière :
    A la différence du Wax, la back cover du Slide intègre également trois des côtés du téléphone. Un choix plus esthétique qui gomme cet aspect « bon marché » renvoyé par la coque arrière du Wax. La cover est escamotable et permet l’accès à la batterie (bonne nouvelle), au port SIM et au slot Micro SD. Le tout se reclipse facilement et parfaitement. Le matériau utilisé est un plastique des plus simple, solide et bien fini. Seul bémol, il collectionne très facilement vos empreintes digitales.
  • Côté supérieur :
    Le jack 3.5 à la norme CTIA et l’entrée Micro USB.
  • Côté inférieur :
    Rien.
  • Côté gauche :
    Le bouton de volume +/-.
  • Côté droit :
    Le bouton de mise en veille/marche. Tous les boutons sont intégrés à cette coque arrière.
  • Flexion :
    Très bonne résistance!
  • Pression :
    Avec une pression au centre de la dalle, l’écran s’impacte facilement. Non pas que la qualité de fabrication de chez Tino ai été revue à la baisse, mais sa taille imposante fait qu’elle devient naturellement plus souple que les modèles plus petits.

Le design n’a rien d’extraordinaire, très discret (en tout cas pour la version noire) et sans fioritures, il est néanmoins efficace. Ses proportions équilibrées entre la taille du téléphone et celui de l’écran en font un phablet agréable, même si l’utilisation à une main reste difficile.

Hauteur : 14.1 cm x Largeur : 6,7 cm x Epaisseur : 8.8 mm, le tout pour un poids : 119 grammes.

2. Image et son : plutôt moyen

Wiko Slide-vue (9)Le Slide a un écran de 5,5 pouces IPS. Il bénéficie d’une petite résolution qHD (960×540) pixels d’une densité de 201 PPI. Quel dommage d’avoir un grand écran avec une aussi petite définition. Sans pour autant être sur une gameboy, le 720p aurait été un choix logique pour profiter pleinement de la diagonale.
Voilà certainement le défaut principal de ce Slide, même s’il est loin d’être rédhibitoire. La qualité globale de l’écran est très moyenne, les noirs sont peu profonds et la luminosité est insuffisante, sans parler des angles de vue un peu restreints. La différence est flagrante quand on le compare au Darkside, son grand frère, qui se vend 60 euros plus cher (quand même). La petite résolution n’est finalement pas vraiment dérangeante même sur un 5,5 pouces, par contre le manque de contraste et de luminosité sont sans appel pour une utilisation en plein soleil. Wiko, pour ce prix affiché, a forcément du faire quelques concessions.

  • Dalle tactile :
    Elle réagit bien. Mais tout comme la coque, elle se salit très facilement.
  • Haut-parleurs, écouteurs :
    Le son des haut-parleurs est étonnamment puissant et la qualité d’écoute satisfaisante pour un entrée de gamme. Même paramétré au minimum, impossible d’être discret. La qualité d’écoute de l’écouteur principal est suffisante mais à tendance à partir un peu dans les aigus.
    Les écouteurs d’origine sont ceux qu’on retrouve chez tous les produits de la marque. Le design est sympa mais c’est tout. Ils sont corrects pour une utilisation basique mais la plupart d’entre nous qui utilisent leurs smartphones comme lecteur mp3 leur préféreront des modèles alternatifs plus premium. En mode kit mains-libres, la qualité du micro est acceptable aux dires des quelques cobayes qui ont participé aux tests bien malgré eux.

3. Performances : bonne surprise

  • Screenshot_2014-07-09-22-34-25Antutu X :
    18.033points.
  • Quadrant  :
    8.684 points.
  • Epic Citadel :
    58 images par seconde.
  • 3D Mark :
    2.886 points.

Ces scores plus que satisfaisants pour un phablet entrée de gamme sont à mettre au crédit de la petite résolution de l’écran. Cette dernière permet de soulager le CPU et GPU et ainsi augmenter la fluidité à l’utilisation. Un gain de performances qui se ressent notamment dans les phases de jeu malgré la « vieille » configuration hardware du Slide.

Donc, si l’on regarde de plus près ses entrailles, le Slide est composé d’un CPU Médiatek MT6582 cadencé à 1,3 GHz et secondé par un processeur graphique Mali 400 MP simple cœur ainsi qu’une mémoire vive de 1GHz. Ce SOC vieillissant mais bien équilibré permet donc à Wiko de proposer un phablet à prix raisonnable.
Dans la pratique, la navigation au sein des menus et bureaux est suffisamment fluide. En phase gaming, des gros jeux 3D tels que The Amazing Spiderman, Asphalt 8, Riptide GP2 sont parfaitement jouables au sacrifice de la qualité graphique (écran qHD oblige :p). Des performances encourageantes sur les capacités générales du téléphone à gérer tous types d’applications sans « ramer ».

La mémoire embarquée n’est que de 4 Go avec réellement moins de 2,5 Go utilisables. Soit presque rien. Il est dommage que Wiko pour ses « entrées de gamme » ne pousse pas la mémoire interne à 8 ou 16 Go, une taille minimum à mon sens pour profiter de toutes les possibilités d’applications et médias d’un smartphone par défaut. Heureusement, le Slide embarque un port Micro SD pouvant augmenter la mémoire de 32 Go supplémentaires avec la possibilité d’y installer la plupart des applications du Google Play.

4. Connectivité : basique

Wiko Slide-vue (14)De la HSPA+, du Wi-Fi, du Bluetooth 4.0, du GPS/A-GPS et de l’USB OTG. Double SIM, un slot au format Mini et le deuxième au format Micro. Le système désormais classique de GPS/A-GPS et une prise audio jack 3.5.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) :
    Il s’agit d’une « norme » qui permet de valoriser la quantité d’ondes émises par un téléphone lors de son fonctionnement (notamment en appels). Plus cette valeur est élevée, plus le risque potentiel pour la santé (en cas d’utilisation longue et répétée) est élevé. L’Union Européenne impose donc que tous les constructeurs désireux de commercialiser leurs produits dans la zone UE ne dépassent pas le « score » de 2W/kg. Le DAS de ce Slide est de 0,534 W/kg.

Concernant l’accroche réseau GSM/Web Mobile, rien à déclarer. Le Wi-Fi fonctionne bien mais manque peut-être d’un peu de sensibilité. Le GPS simple sans l’aide de l’A-GPS a mis 55 secondes pour me localiser au milieu d’une cour de copropriété parisienne, acceptable.

5. Système d’exploitation : enfin du Kit Kat !

  • Screenshot_2014-08-04-15-25-37Système d’exploitation :
    Le Slide est le premier produit Wiko vendu d’origine avec le dernier système Android Kit Kat « stock ».
    Soyons honnête, dans la pratique les changements ne sont pas flagrants. Quelques optimisations et rajouts d’options par ci, par là, mais aucun réel bouleversement à l’utilisation comparé au dernier « Jelly Bean ». Il est néanmoins agréable de voir que Wiko fait son possible pour suivre les dernières mises à jour.
    Les améliorations apportées par cette dernière mouture Android concernent pour beaucoup des corrections de bugs, amélioration de la sécurité, des performances, bref, du système en général. Sur ce Slide, le changement le plus flagrant à l’utilisation est la gestion du cache mémoire qui se fait désormais part un appui long sur la touche « Menu ». Un appui long sur la touche Home donnera accès aux services « Google Now ». Vous aurez aussi la possibilité d’afficher les notifications sur l’écran de verrouillage.

6. Usage : plus perso que pro

Wiko Slide-vue (12)La présence du double SIM est un atout indéniable pour gérer une puce professionnelle et une puce personnelle. Mais le petit manque de puissance et la qualité d’écran moyenne font pencher mon avis sur une utilisation plus perso que pro. Encore une fois, les deux sont tout à fait possibles.

  • Appareil photo
    8 MP pour l’APN arrière avec technologie OmniBSI. 2 MP à l’avant.
    La qualité photo est correcte pour cette gamme de produit avec une bonne réactivité de l’autofocus. Attention, en fonction de la luminosité, un voile terne peut apparaitre sur les clichés.
    Les options de paramétrages proposées par l’application photo sont suffisamment nombreuses : smileshot, HDR, cinemagraph, gomme magique, face beauty pour les selfies avec l’APN frontal…
    La bonne surprise est la qualité des enregistrements vidéo en basse luminosité pour les plans de proximité éclairés par le flash LED. Par contre, j’ai pu relever des aberrations chromatiques sur les couleurs vertes en plein jour (herbe, feuillage des arbres), plutôt gênant pour les amateurs de nature. Ce problème peut être propre au modèle que j’ai testé. Le cas échéant, espérons une MAJ rapide de la part de Wiko.
    Échantillon photo à la lumière du jour
  • Autonomie :
    Une batterie de 2350 mAh pour le Slide. Avec une taille d’écran de 5,5 pouces energivore, une batterie plus importante aurait été préférable. Comme on pouvait s’y attendre, une utilisation multimédia du Slide tire beaucoup sur la batterie. En utilisation raisonnable (surf et jeux occasionels), le téléphone tient quand même la journée, mais tout juste. Pour reprendre la formule de Marco, un test a été réalisé de la manière suivante : toutes les connexions allumées (Wi-Fi, Bluetooth, GPS, 3G…) avec une vidéo YouTube, avec le volume des écouteurs à 50 % et la luminosité écran à 50 % = 9 % de la batterie consommée en 30 minutes.

Conclusion : un prix intéressant mais quelques défauts

Ce Slide est à mon avis un bon compromis pour ceux qui veulent bénéficier du confort d’un grand écran à moindre coût. Les dimensions et la prise en main sont plutôt bonnes et ses caractéristiques hardware modestes ne l’empêche pas pour autant d’être suffisamment véloce dans toutes les situations.
Comme nous l’avons vu, le surf, les vidéos et jeux restent fluides grâce au choix d’un écran de très petite résolution. Et voilà peut-être son principal défaut, un écran très moyen qui va brider la qualité des graphismes et celle des vidéos. Une contre-partie forcement rédhibitoire pour les puristes amateurs de belles images.
Pour les autres, ce Wiko phablet est un bon choix par défaut. Il faut dire aussi que la concurrence est quasi inexistante dans ce secteur de 5,5 pouces en « entrée de gamme ».
Le Slide a également le mérite de tourner d’origine sur du KitKat. La différence avec un Jelly Bean 4.3 n’est pas flagrante mais Wiko fait de réels efforts pour maintenir son parc à flot avec les dernières versions Android.

Galerie photos :

A propos de Etienne pour Top For Phone

Passionné de high-tech, je suis l'un des premiers testeurs à avoir rejoint l'équipe de Top For Phone (et j'en suis fier). Je suis également un fan d'arts martiaux (j'en suis même un fervent pratiquant).

3 commentaires

  1. WIKO Slide 5’5
    L’appareil photo ne donne pas de possibilité d’activer ou non les balises GPS.
    Dommage

  2. J’ai le Slide depuis longtemps vous avez oublie un défault niveau ecran car quand il pleut y’a de l’eau sur l’ecran le tactile fais du n’importe quoi il affiche pas ce que on veux meme si l’ecran est sale pareille .

  3. Bonjour Allan, en fait il ne faut jamais utiliser son téléphone sous la pluie, il n’y a rien de mieux pour oxyder ses composants. Ou alors il faut prendre un téléphone certifié IP XX, c’est à dire étanche.
    Il y’a des moyens de gamme, voire des entrées de gamme qui sont très bons, je pense qu’un des meilleures est le moto G version 2016, tu dois le trouver autour de 150/170 €.
    Mais attention, hein, étanche ça veut dire que tu peux l’utiliser sous la pluie, ou prendre des photos en piscine, mais ne va pas faire de la plongée en mer (pas bon le sel) ou en dessous d’1m/1,5m ou plus de quelques minutes.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>