Accueil » Tests - Samsung » Test du Samsung Galaxy A51 : le parfait compromis

Test du Samsung Galaxy A51 : le parfait compromis

Successeur du Samsung Galaxy A50, le Galaxy A51 est le premier smartphone à arborer le nouveau design 2020 de la marque sud-coréenne.
On a donc un écran poinçonné par une caméra frontale située en haut, au centre ainsi qu’un imposant module photo dorsal rectangulaire.

En ce milieu du mois de février 2020, le Galaxy A51 est officiellement commercialisé en France au prix de 379 euros TTC, mais à 369 euros dans la plupart des autres pays d’Europe.
Cependant seulement quelques semaines après sa présentation, il est déjà possible de le trouver à un tarif proche des 300 euros.

Mais que vaut ce smartphone de milieu de gamme sud-coréen ?
Pour le savoir, je l’ai testé pour vous. Suivez-moi !

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : un design plaisant

Lorsque j’ai vu pour la première fois le Galaxy A51 en photo, je dois bien vous avouer que je trouvais ce gros module photo arrière noir plutôt moche.

Au déballage du smartphone mon avis a complètement changé : je trouve son design vraiment plaisant, surtout dans la déclinaison Prism Crush Blue que je j’estime être la plus originale.

Certes le dos est en polycarbonate vitrifié, mais ses reflets prismatiques sont du plus bel effet.

Si vous préférez une couleur plus classique, sachez que ce mobile existe également en Prism Crush Black et en Prism Crush White.

Ni trop grandes ni trop petites, les dimensions proposées offrent une prise en main idéale.
De plus, l’appareil ne glisse pas hors de la main.

La face avant arbore un écran poinçonné de 6,5 pouces protégé par une vitre Corning Gorilla 3 au profil 2.5D.
L’afficheur occupe près de 90% de la surface frontale.

Il est surmonté d’un écouteur, d’une caméra frontale et des habituels capteurs de luminosité et de proximité.
Pas de LED de notifications donc.

Les 3 touches habituelles Android sont intégrées à l’écran et sont donc tactiles.

Le côté gauche du mobile fait place au tiroir SIM/micro SD (2 nano SIM + 1 micro SD), tandis que sur le flanc droit on trouve la touche de volume et le bouton d’allumage.

Sur la tranche supérieure, on note la présence d’un micro d’ambiance.

La tranche basse est plus densément occupée par un port mini-jack, un port USB-C, l’entrée micro primaire et la grille du haut-parleur.

Retournons maintenant le téléphone pour découvrir dans le coin supérieur gauche un module photo de forme rectangulaire intégrant 4 capteurs et un flash LED.
Plus bas, la marque Samsung et le logo de certification CE.

  • Dimensions : 158,5 mm de long x 73,6 mm de large x 7,9 mm d’épaisseur | Poids : 172 grammes

2. Image et son : un très bel écran

L’écran Infinity-O de 6,5 pouces s’appuie sur la technologie Super AMOLED, une technique parfaitement maîtrisée par le constructeur sud-coréen.

Cet afficheur au format 20:9 propose une résolution Full HD+, ce qui nous donne donc une densité de 405 pixels par pouce, largement suffisante pour offrir une finesse extrêmement confortable.

L’écran signé Samsung est très réussi, avec en outre les qualités liées à la technologie AMOLED : de très belles couleurs, des noirs profonds, des contrastes infinis et une excellente lisibilité en extérieur (550 cd/m²).

Via un petit passage par le menu des Paramètres, on peut choisir entre des couleurs vives ou naturelles.

L’immersion étant totale, on prendra donc plaisir à regarder des vidéos ou a jouer sur un tel écran.

Le son diffusé par le haut-parleur principal situé sur la tranche inférieure du terminal est tout à fait correct.
Il est également relativement puissant (114 db constatés à la sortie).

La présence d’un port mini-jack permettra de brancher un casque filaire.
L’écoute est plutôt agréable.
Notez que le Galaxy A51 est certifié Dolby Atmos.

Enfin, en appel le son restitué par l’écouteur est tout à fait bon. On comprend bien son correspondant.

  • Ecran : 6,5 pouces (Super AMOLED) avec une résolution de 2400 x 1080 pixels, soit donc une densité de 405 ppp.
  • Son : Mini-jack et haut-parleur dorsal mono. Écouteur classique

3. Performances : raisonnablement puissant

Le Galaxy A51 embarque un processeur Exynos 9611, une puce big-little développée par Samsung intégrant 8 cœurs.

Ce dernier est accompagné de 4Go de RAM et d’un GPU Mali-G72 MP3.

Notre smartphone de test affiche une belle fluidité au quotidien, avec des applications se lançant rapidement et aucune latence réelle entre les bureaux.

Face à nos benchmarks habituels, nous avons obtenu près de 178.700 points à Antutu et près de 1600 points à 3D Mark (Sling Shot Extreme).

La seule limite de cette mécanique apparaîtra face à des gros jeux 3D tels que PUBG Mobile ou Call of Duty (en qualité graphique élevée). Des micro-ralentissements se font alors ressentir.

Le stockage interne est de 128Go, pour un espace réellement disponible de 107Go.
Un quantité suffisante mais qui peut encore très facilement être augmentée par le biais d’une carte micro SD (+1To), sans sacrifier l’un des deux emplacements SIM.

  • Antutu Benchmark (v8.2.2) : 178.693 points | 3D Mark (Sling Shot Extreme) : 1589 points
  • Processeur : Octa-core Exynos 9611 (4 x 2,3GHz + 4 x 1,76GHz) | Mémoire vive : 4Go  | Processeur graphique : Mali-G72 MP3
  • Mémoire de stockage : 128Go de mémoire qui se transforme en 107Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : tout à fait complète

S’il y a bien un point sur lequel le constructeur sud-coréen n’a pas mégoté pour son Galaxy A51, c’est bien sur celui de la connectivité.
Elle est tout simplement exhaustive.

Tout d’abord, ce smartphone dispose bien d’une connexion 4G LTE VoLTE (Cat.12 – 600 Mbps en download et 100 Mbps en upload) intégrant les bandes B20 et B28.
Bien évidemment, nous avons également de la 2G et de la 3G+.

Le Samsung Galaxy A51 testé ici l’est dans sa déclinaison européenne portant la référence SM-A515F/DSN, ce qui signifie que ce mobile dispose du NFC et qu’il accepte deux cartes SIM (au format nano).

On retrouve également toutes les autres connexions que sont : le WiFi (a/b/g/n/ac), le Bluetooth (5.0), le (A)GPS/Glonass/BDS/Galileo, un port micro SD, un port mini-jack, un port USB-C (OTG), etc.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en WiFi.
Pour le GPS, dans une cour de copropriété urbaine, il aura fallu 16 secondes au smartphone de test pour obtenir un premier fixe (8 satellites).

Au niveau des sensors, nous trouvons un accéléromètre, une boussole, un gyroscope et les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

Du côté de la sécurité, le Galaxy A51 est équipé d’un lecteur d’empreintes digitales optique placé sous la dalle.
Afin d’obtenir une meilleure reconnaissance, j’ai enregistré deux fois l’empreinte de mon pouce et je n’ai observé aucun problème lors de l’utilisation du capteur.

Le terminal peut également être déverrouillé via la technologie de reconnaissance faciale.
Lors de mon test cette dernière technologie s’est parfois montrée capricieuse au fur et à mesure que la lumière ambiante baissait.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 0,369 W/kg. C’est un très bon score pour un mobile lancé en 2020.

5. Système d’exploitation : un système complètement à jour

Le Galaxy A51 est animé par la dernière version de l’OS de Google, à savoir Android 10.
Un système d’exploitation qui est déjà en lui-même tout à fait complet, mais qui grâce à Samsung, gagne en style et en intuitivité.

En outre, nous nous retrouvons ici avec la nouvelle interface One UI 2.0, qui succède à One UI 1.1, et avant lui à Samsung Experience et à TouchWiz.

Les icônes ont été relookées et de nouveaux fonds d’écran ont fait leur apparition.

Du côté applicatif, nous avons donc :

– des applications Microsoft telles que Office Mobile et One Drive

– des applications Google telles que Gmail, Maps, YouTube, etc.

– des applications Samsung telles que Game Launcher, Thèmes, Samsung Health, etc.
– des applications liées à des partenaires telles que Facebook, Netflix, etc.

On appréciera également quelques fonctions sympa comme l’Always On Display, un mode Nuit rendant un côté noir au fond du menu des Paramètres, ou encore un volet latéral faisant apparaître des raccourcis vers les applications choisies.

Sur l’écran d’accueil le plus à gauche, on pourra installer un flux d’actualités.

Notez qu’il est également possible de masquer les touches Android habituelles pour les remplacer par un système de gestures.

  • Système d’exploitation : Android 10 | Surcouche : One UI 2.2

6. Usage : belles photos, bonne autonomie

Il est évident que ce smartphone est capable de passer des appels, d’envoyer des SMS, de consulter des pages Web, de lire des vidéos et des MP3 et de jouer à des jeux 2D et 3D.

Mais en 2020 encore, il y a deux aspects qui permettent de différencier les mobiles entre eux : la qualité photo et l’autonomie.
Et dans un cas comme dans l’autre, le Galaxy A51 fait carton plein, en gardant bien sûr à l’esprit que nous sommes sur du milieu de gamme.

A l’arrière, nous trouvons 4 capteurs photo : un objectif principal de 48 mégapixels ouvrant à f/2.0, un objectif ultra grand angle de 12 MP ouvrant à f/2.2, un objectif macro de 5 MP ouvrant à f/2.4 et un capteur de 5 MP ouvrant à f/2.2 servant à mesurer la profondeur de champ pour le mode Portrait.

De jour, et lorsque la lumière est présente en suffisance, ce smartphone sud-coréen offre une belle qualité photo, très colorée.
Les plus tâtillons regretteront un lissage un peu trop prononcé.

Les clichés capturés avec le mode ultra grand angle affichent une qualité tout à fait correcte, même si les coins des photos sont un peu déformés.

Le mode Macro n’est vraiment pas mal non plus. Les résultats sont plutôt convaincants.

En bonne lumière, le mode Portrait offre aussi de bons résultats. L’effet Bokeh est plutôt bien rendu.

Dans une pièce sombre, le mode Nuit donne de bons résultats également.

Il faut aussi souligner que ce Galaxy A51 est capable de filmer en 4K à 30 FPS.

A l’avant, on retrouve un objectif de 32 mégapixels capable de produire de beaux autoportraits à condition d’avoir un bon éclairage.

Le Galaxy A51 est doté d’une batterie de 4000 mAh qui permet, dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable, de tenir entre une journée et demie et 2 jours avant de devoir recharger.

Avec le chargeur rapide de 15 W fourni dans la boîte, il aura fallu presque 2 heures pour passer de 0 à 100% de batterie.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 11% de l’énergie contenue dans la batterie.
C’est beaucoup mieux que les 15% habituellement constatés sur les derniers smartphones de 2019 et de 2020.

  • Appareil photo dorsal :  48 MP + 12 MP + 5 MP + 5 MP avec autofocus et flash LED.
  • Batterie : Fixe de 4000 mAh.

En conclusion : un appareil convaincant

Ce Samsung Galaxy A51 est une réussite.

En dehors de quelques petits “défauts” tels que l’absence de LED de notifications et un face-unlock parfois un peu capricieux, ce smartphone de milieu de gamme a tout pour lui.

Il propose un beau design, une belle qualité de fabrication, un écran magnifique, des performances honorables, une excellente connectivité, un système d’exploitation agréable à utiliser, un belle qualité photo et une bonne autonomie.

Si l’on s’en tient au prix public officiel conseillé de 379 euros (en France), ce Galaxy A51 peut paraître un peu trop cher.
Cependant à 300 euros ou moins, il pourra faire partie de la short list d’un grand nombre de consommateurs recherchant un bon smartphone de milieu de gamme de marque premium.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

6 commentaires

  1. Quelle différence avec le A 50 et face au pixel 3A ?

  2. Je déconseille cet A51 par rapport au A50
    Samsung a réussit à faire pire un comble.
    Voici un résumé des retours des différents tests et prises de main que j’ai vu :
    – lecteur d’empreinte plus capricieux
    – encoche à un perçage ouais ça reste un élément qui vient toujours grignoter l’écran
    – soc moins perf (et pourtant il est donné comme étant meilleur) qui pose problème de fluidité
    – autonomie en baisse (pourtant encore une fois le soc étant être plus économe)
    – photo meilleur mais c’est perfectible (macro toujours aussi inutile)
    – plus cher
    Je conseille plutôt d’acheter un A50 voir un A50s qui ont vu leurs prix fondre depuis leurs sorties.

    • merci pour ton retour vu comme ça il est vrai que c’est surprenant de la part samsung surtout à ce niveau de prix. Si vraiment le SE 2 sort ainsi que le 4a de Google cela risque un flop pour ce ce smartphone

    • D’accord avec toi sauf pour l’encoche.
      Il semblerait que la caméra arrière amovible a vécu, plusieurs constructeurs ne le feront plus.
      Je l’ai dit depuis le début, mécanique donc sujet à des pavés, casses, rien que la poussière difficile à éviter et la non etanchéité ça ne me fait pas.

      • Peut être mais pour qui ne fait pas de selfie et veut un vrai écran full view les pop up sont parfait en attendant l’intégration de la cam sous l’écran.

        L’O-Display n’est pas une solution à l’encoche car ça empiète horriblement toujours l’écran.

      • Pas de selfie, donc pas de pop-up, pas de caméra du tout à l’avant. Plus besoin.
        Celui qui ne fait pas de selfie, prend un pop-up mais il ne l’utilise pas.
        Problème pour celui qui préfère la reconnaissance faciale au capteur d’empreinte, que fait-il ?
        Donc pour celui qui utilise la reconnaissance faciale ou les selfies, c’est soit pop-up soit écran percé soit encoche.
        Jusqu’à la pleine intégration de la caméra sous l’écran.
        Demain tu dois changer de portable, tu le prends étanche avec encoche ou percé et étanchéité, ou avec le pop-up ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *