PROMO
Accueil » Tests - realme » Test du realme Narzo 30A : un choix de raison

Test du realme Narzo 30A : un choix de raison

Plusieurs constructeurs de smartphones Android proposent désormais des terminaux développés pour offrir aux consommateurs une autonomie maximale.

Pour cela, ne cherchez pas une débauche de nouvelles technologies de travail d’optimisation intense. Non, il s’agit pour la plupart tout simplement de glisser une très grosse batterie, ce qui couplée à des mécaniques modestes, aboutit à l’obtention de cette sacro-sainte autonomie élevée.

Situé un cran au-dessus du C21 dans la gamme realme, le Narzo 30A se place dans cette veine avec son énorme accumulateur de 6000 mAh.

La gamme Narzo a été à l’origine pensée pour le marché indien. Cependant quelques modèles comme le Narzo 30 5G et le Narzo 30A sont maintenant venus grossir le catalogue de realme Europe.

Après vous avoir déjà proposé en test le Narzo 30 5G, voici maintenant celui du Narzo 30A, un smartphone d’entrée de gamme que l’on peut aujourd’hui trouver aux alentours de 140 euros en Europe.
Cependant, les tarifs évoluant au gré des promotions, je vous engage à consulter notre très bon comparateur de prix afin de payer votre smartphone au meilleur tarif.

Mais que vaut finalement ce realme Narzo 30A et qu’en ai-je pensé?
La réponse se trouve dans les lignes qui suivent.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : un design plutôt agréable

Même si l’appareil embarque une très grosse batterie, le physique du Narzo 30A n’est pas particulièrement ingrat, il est même plutôt agréable.
Le smartphone ne porte pas sa batterie comme un sac à dos disgracieux.
Par contre, avec 205 grammes sur la balance il se fera sentir dans la poche.

Le boîtier emploie un plastique dur peint dans une couleur satinée, rappelant le realme C21.
Pour notre exemplaire de test, ce sera du Laser Blue, mais il est également possible d’opter pour le Laser Black.

La face arrière est texturée sur sa partie basse et lisse sur sa partie haute.
Dans le coin supérieur gauche, on y trouve un module photo de forme carrée comportant 2 capteurs ainsi qu’un flash LED.
Plus bas, on note la présence d’un lecteur d’empreintes digitales de forme circulaire et les mentions « Narzo » et « Designed by realme« .

Le flanc gauche accueille le tiroir SIM/micro SD (2 nano SIM + 1 micro SD), alors que sur le côté droit on trouve la touche de volume et le bouton d’alimentation.

Si la tranche supérieure ne comporte aucun orifice, à l’opposé on note la présence d’une prise mini-jack, d’une entrée micro (la seule), d’un port USB-C et de la grille du haut-parleur.

La face avant est occupée à hauteur de 88,7% par un écran de 6,5 pouces en forme de goutte d’eau. Ce dernier est protégé par une vitre anti-rayures au profil 2.5D, recevant à son tour un film de protection posé en usine.

L’afficheur est surmonté d’un écouteur et des habituels capteurs de luminosité et de proximité.
Par contre, ici pas de LED de notifications.

La prise en main de l’appareil est bonne, de même que la qualité de fabrication.

  • Dimensions : 164,5 mm de long x 75,8 mm de large x 9,8 mm d’épaisseur | Poids : 205 grammes

2. Image et son : une image en 720p

L’écran Mini-drop de 6,5 pouces au format 20:9 fait appel à la technologie IPS LCD.

Cet afficheur offre une résolution HD+, conforme en matière de configuration à ce que l’on est en droit d’attendre sur un smartphone de ce prix. Cependant, certains concurrents commencent à proposer mieux.

Cela ne choquera sans doute pas le commun des mortels, mais des yeux exercés ou tatillons feront certainement la différence avec de la Full HD+.

Toutefois, l’image reste belle, les contrastes sont bons et les angles de vision sont plutôt bien ouverts.

La luminosité de 470 nits (avec des pics à 570 nits) reste suffisante pour pouvoir consulter l’écran de son smartphone en extérieur.

Au final, on prendra plaisir à regarder des vidéos sur l’écran du Narzo 30A.

Le son délivré par le haut-parleur principal est puissant (129 db à la sortie) mais criard.
Heureusement, le constructeur a eu la bonne idée de maintenir la prise mini-jack et l’écoute au casque filaire est assez agréable.

En appel, l’écouteur restitue un son tout à fait satisfaisant. On comprend bien son correspondant.

Mais attention, étant donné l’absence de micro réducteur de bruit votre correspondant pourrait vous faire répéter vos paroles si vous vous trouvez dans un environnement bruyant.

  • Ecran : 6,5 pouces (IPS) avec une résolution de 720 x 1600 pixels, soit donc une densité de 269 ppp.
  • Son : Mini-jack et haut-parleur mono. Écouteur classique.

3. Performances : une puissance suffisante

Pour maintenir un bon tarif, realme ne pouvait pas se permettre d’opter pour une mécanique dernier cri.
Nous voilà donc face à un processeur MediaTek Helio G85 gravé en 12 nm.

Accompagnée ici de 4Go de RAM et d’un GPU Mali-G52 MC2, cette puce assure une fluidité appréciable au quotidien.
Seuls les jeux 3D les plus lourds mettront à mal le petit processeur de ce smartphone.

Cela ne vous empêchera pas de faire tourner toutes les grosses applications et certains gros jeux 3D du moment, mais il faudra alors régler les graphismes sur la qualité minimale, sous peine de voir apparaître de nombreux ralentissements.
Contrairement à ce qu’annonce le construcreur, ce n’est vraiment pas un smartphone taillé pour les gamers.

Pour le stockage, sur les 64Go annoncés par le fabricant, seuls 47Go seront réellement disponibles pour l’utilisateur.
Cependant, cette mémoire pourra facilement être élargie par l’ajout d’une carte micro SDXC (+256Go), et ce sans devoir sacrifier un des deux emplacements nano SIM.

  • Antutu Benchmark (v9.0.12) : 180.906 points | 3D Mark (Wild Life) : 706 points
  • Processeur : 8 coeurs MediaTek Helio G85 (2 x 2,06GHz + 6 x 1,8GHz) | Mémoire vive : 4Go  | Processeur graphique : Mali-G52 MC2
  • Mémoire de stockage : 64Go de mémoire qui se transforme en 47Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : complète

A côté de la 2G et de la 3G+, le Narzo 30A dispose bien du support de la 4G Vo(LTE) de catégorie 7, avec toutes les bandes nécessaires à une utilisation totale en France, et plus largement en Europe.

Comme sur tout smartphone digne de ce nom, on a bien entendu aussi la panoplie de toutes les autres connexions que sont : le Bluetooth (5.0), le Wi-Fi (a/b/g/n/ac), le (A)GPS/Glonass/BDS, la radio FM, un port USB-C (OTG), une prise mini-jack, 2 emplacements nano SIM, un slot micro SD, mais pas de puce NFC.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en Wi-Fi.
Pour le GPS, dans la cour d’une copropriété urbaine, il aura fallu 8 secondes à notre smartphone de test avant d’obtenir un premier fixe (13 satellites).

Au niveau des sensors, on peut compter sur un accéléromètre, sur une boussole, sur un gyroscope et sur les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

En ce qui concerne la sécurité, sachez que le Narzo 30A peut être déverrouillé de deux manières : via le face-unlock (reconnaissance faciale) ou par le biais du lecteur d’empreintes digitales situé à l’arrière du téléphone, lequel est placé un peu trop haut pour moi.
Le face-unlock est très rapide, mais pour la réactivité du lecteur d’empreintes, on a déjà vu mieux.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 1,207 W/kg à la tête. C’est un score beaucoup trop élevé pour un mobile sorti en 2021.

5. Système d’exploitation : une interface agréable à utiliser

Point d’Android 11 sur le Narzo 30A. Ce smartphone d’entrée de gamme doit se contenter d’Android 10, lequel est agrémenté par la surcouche du constructeur, realme UI 1.0.

Cette interface est agréable à utiliser au quotidien.

Parmi les fonctions sympa, on a le double tape, un mode sombre, une barre latérale de raccourcis intelligente et la possibilité de remplacer les 3 touches Android habituelles par un système de gestes.

En plus du pack des applications Google, les GMS, on dispose d’applications ajoutées par le constructeur, telles que : Calculatrice, Enregistreur, Espace de jeu, Clone Phone, Météo, etc.

A cela, il faut ajouter quelques applications liées à des partenaires, comme Facebook ou Twitter.

  • Système d’exploitation : Android 10 | Surcouche : realme UI 1.0

6. Usage : des photos très correctes

Même si le Narzo 30A rentre dans la catégorie des smartphones d’entrée de gamme, il est tout à fait capable de passer des d’appels, d’envoyer des SMS et des emails, de lire des MP3 et des vidéos, de jouer à des jeux 2D et 3D, etc.

Cependant encore en 2021, il y a toujours deux aspects qui permettent de faire la différence entre les smartphones : la qualité photo et l’autonomie.

La partie photo arrière est ici confiée à un duo de capteurs : un objectif principal grand angle Onmivision OV13B10 ouvrant à f/2.2 et un capteur N&B de 2 mégapixels ouvrant à f/2.4.

De jour, l’objectif principal est capable de capturer des photos de qualité tout à fait satisfaisante.

De nuit, les clichés sont difficilement exploitables, mais par contre le mode Nuit s’en sort plutôt bien en venant éclaircir la scène.

Le mode Portrait produit quant à lui des résultats tout à fait corrects.

A l’avant, l’objectif grand angle de 8 MP ouvrant à f/2.0 produit de beaux autoportraits.

L’objectif principal est capable de filmer en 1080p à 30 FPS.
Ce sera vraiment du dépannage, car les vidéos sont saccadées.

La batterie de 6000 mAh permettra de tenir environ 2 jours avant de demander à être rechargée, et ce dans le cadre d’un usage mixte raisonnable.

L’accumulateur supporte la charge rapide de 18 W.
Avec le chargeur compatible fourni dans la boîte, il aura fallu un peu plus de 2 heures 30 à notre mobile de test pour passer de 1 à 100% de batterie.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 12% de l’énergie contenue dans la batterie.
C’est mieux que les 15% habituellement constarés depuis 2019.

  • Module photo dorsal :  13 MP + 2 MP
  • Batterie : Fixe de 6000 mAh.

En conclusion : la concurrence est rude

Contrairement à ce qu’annonce la marque, le realme Narzo 30A n’est pas un smartphone destiné aux gamers.
Il fera tourner les  jeux 3D pas trop gourmands, mais il faudra la plupart du temps fortement dégrader la qualité graphique pour éviter les ralentissements.

Cet appareil s’adressera plutôt aux consommateurs qui ne veulent pas mettrent toutes leurs économies dans leur smartphone, tout en n’ayant pas un nanar entre les mains.

J’ai regretté l’absence de micro réducteur de bruit et le fait que le lecteur d’empreintes digitales au dos du terminal soit placé un peu trop haut pour moi.
J’aurais préféré qu’il soit placé sur la tranche droite du téléphone.

Dans l’ensemble, ce realme Narzo 30A reste un bon smartphone d’entrée de gamme, mais il aura fort à faire face au POCO M3.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

Voir aussi...

Test du Samsung Galaxy A52s 5G : une mise à jour intéressante

Au mois de juin de cette année 2021, Samsung commercialisait en Europe ses Galaxy A52 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *