Accueil » Tests - realme » Test du realme 8i : un bon rapport qualité-prix

Test du realme 8i : un bon rapport qualité-prix

Alors que la commercialisation du realme 9i vient tout juste de débuter, je vous propose aujourd’hui le test du realme 8i.

Ce smartphone sorti en Europe à la mi-septembre 2021 se présente comme entrée de gamme de la série realme 8.

En ce milieu du mois de février 2022, il est possible de trouver le realme 8i au prix de 144,95 euros dans sa version de 4Go de RAM + 64Go de ROM.
Pour la déclinaison de 128Go de ROM, il faudra tabler sur 219,99 euros.

Cependant afin de payer votre smartphone au meilleur tarif, je vous engage à consulter notre très bon comparateur de prix.

J’ai passé le realme 8i sous la loupe de TFP et je vous dis ce que j’en pense.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : un design travaillé

Le realme 8i allie des contours en polycarbonate ton caisse à la finition mate et un dos en polycarbonate brillant.

Le design est plutôt original. Le revêtement Stellar Purple ultra réfléchissant de notre modèle est du plus bel effet, mais revers de la médaille, il prend rapidement les traces de doigts.
Fort heureusement, le constructeur inclut une coque de protection en silicone transparent (légèrement fumé) dans la boîte.
Le realme 8i existe égalemennt dans un autre coloris nommé Slellar Black, tout aussi réfléchissant.

La face avant est occupée à hauteur de 90,8% par un écran poinçonné de 6,6 pouces protégé par une vitre anti-rayures au profil 2.5D. Cette dernière reçoit à son tour un film protecteur posé en usine.

L’afficheur est surmonté d’un écouteur et des capteurs de luminosité et de proximité.
La caméra frontale prend place dans la perforation située dans le coin supérieur gauche de l’écran.
Ici, pas de LED de notifications.

Sur le côté gauche du terminal, on trouve le tiroir SIM/micro SD (2 nano SIM + 1 micro SD) et les touches de volume, alors que le flanc gauche accueille le bouton d’alimentation. Ce dernier inclut également un lecteur d’empreintes digitales.

Si la tranche supérieure est vierge de tout orifice, à l’opposé on note la présence d’une prise mini-jack, d’une entrée micro (la seule), d’un port USB-C et de la grille du haut-parleur.

Retournons le téléphone pour découvrir dans le coin supérieur gauche un module photo à 3 capteurs. l’ensemble comprend également un flash LED ainsi que la mention « 50MP Matrix AI Camera ».

Plus bas, la marque realme et les logos poubelle et de certification CE.

  • Dimensions : 164,1 mm de long x 75,5 mm de large x 8,5 mm d’épaisseur | Poids : 194 grammes

2. Image et son : un écran bien rafraîchi

Un des points forts du realme 8i, c’est certainement son grand écran Full HD+ de 6,6 pouces au taux de rafraîchissement adaptatif de 120 Hz.
L’afficheur dispose de 6 taux de rafraîchissement différents : 30 Hz, 48 Hz, 50 Hz, 60 Hz, 90 Hz et 120 Hz.

Par contre, ici pas d’écran OLED mais un écran IPS LCD de bonne qualité.

Les couleurs sont belles, les contrastes sont satisfaisants et les angles de vision sont bien ouverts.

On a ici le choix entre des couleurs vives ou un mode Doux.
Avec le mode Doux, le Delta E est de 1,8, ce qui est vraiment très bon.

Avec une luminosité pouvant aller jusqu’à 570 nits, on n’éprouvera aucune difficulté pour consulter son smartphone en plein soleil.

Grâce notamment à son écran au format 20:9, regarder des vidéos sur ce smartphone sera un plaisir.

Le realme 8i doit se contenter d’un seul haut-parleur qui délivre un son relativement puissant (115 db mesurés à la sortie) et satisfaisant pour cette gamme de prix.

L’écoute au casque filaire est nettement plus agréable.

En appel, l’écouteur restitue un son tout à fait satisfaisant. On comprend bien son correspondant.
Par contre, on regrettera l’absence d’un micro d’ambiance.

  • Ecran : 6,6 pouces (LCD) avec une résolution de 1080 x 2412 pixels, soit donc une densité de 401 ppp.
  • Son : Prise mini-jack et haut-parleur mono. Écouteur classique

3. Performances : une fiche technique sans surprise

Il est certain qu’on ne peut pas demander à un smartphone à moins de 150 euros d’avoir les performances d’un appareil haut de gamme.

Ce realme 8i ne s’en sort quand même pas trop mal et fait preuve d’une réactivité tout à fait convenable.

Notre smartphone est équipé du nouveau processeur 8 coeurs Helio G96 de MediaTek.
Il est ici associé à 4Go de RAM et à un GPU Mali-G57 MC2.

Face à nos benchmarks habituels, notre mobile de test a obtenu des scores de 293.101 points sur Antutu et de 1104 points sur 3D Mark (Wild Life).

A L’exception de Fortnite et de Genshin Impact, le realme 8i est capable de faire fonctionner de nombreux jeux 3D, à condition toutefois d’accepter de dégrader la qualité graphique, faute de quoi vous serez en proie à des ralentissements.

Pour le stockage, sur les 64Go annoncés par le constructeur, seuls 44Go seront réellement disponibles pour l’utilisateur.
Cette mémoire pourra toutefois être élargie par l’ajout d’une carte micro SD (+256Go), et ce sans devoir sacrifier une des deux cartes nano SIM.

Sur la version de 128Go, 3Go de mémoire vive virtuelle pourront venir s’ajouter à la mémoire existante.

  • Antutu Benchmark (v9.2.8) : 293.101 points | 3D Mark (Wild Life) : 1104 points.
  • Processeur : 8 coeurs MediaTek Helio G96 gravé en 12 nm | Mémoire vive : 4Go  | Processeur graphique : Mali G57-MC2.
  • Mémoire de stockage : 64Go de mémoire qui se transforme en 44Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : tout sauf la 5G

Le realme 8i doit se passer d’une connexion 5G. Pour cela, il faudra se tourner vers des smartphones un peu plus cher.

On a donc ici de la 4G (Vo)LTE de catégorie 13 intégrant toutes les bandes nécessaires à une utilisation complète en France, et plus largement en Europe.

Bien évidemment, on a aussi de la 2G et de la 3G+.

Comme tout smartphone moderne qui se respecte, le realme 8i propose la panoplie de toutes les autres connexions telles que : le Bluetooth (5.1), le Wi-Fi (a/b/g/n/ac), le (A)GPS/Glonass/BDS/Galileo, un port USB-C (OTG), une prise mini-jack, 2 emplacements nano SIM (dual 4G), un slot micro SD, mais également une puce NFC, notamment utile pour les paiements sans contact.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en Wi-Fi.
Pour le GPS, dans la cour d’une copropriété urbaine, il aura fallu 14 secondes à notre smartphone de test avant d’obtenir un premier fixe (9 satellites)

Au niveau des sensors, le realme 8i dispose d’un accéléromètre, d’une boussole, d’un gyroscope et des habituels capteurs de luminosité et de proximité.

La sécurité n’a pas été oubliée, puisque ce smartphone peut être déverrouillé de deux manières : via le face-unlock (reconnaissance faciale) ou par le biais du lecteur d’empreintes digitales intégré au bouton d’allumage.
Dans les deux cas, c’est rapide et efficace.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 0,909 W/kg à la tête. C’est un score élevé pour un mobile sorti à la fin de l’année 2021.

5. Système d’exploitation : un Android customisé

Le realme 8i est animé par realme UI 2.0, le système d’exploitation maison basé sur Android 11.

On a ici le choix entre une présentation sans profondeur de navigation où tous les écrans sont des bureaux ou une présentation incluant un tiroir d’applications.

On a également le choix entre un mode clair ou un mode sombre.

Les 3 touches Android habituelles peuvent être remplacées par un système de gestes.

Parmi les fonctions sympa, on a aussi droit à une barre latérale de raccourcis.

Au niveau applicatif, en plus du pack des G-apps (Gmail, YouTube, Google Photos, Google Drive, etc.) on note la présence d’applications liées à des partenaires : Facebook, Amazon Boutique, Amazon Prime, Amazon Music, Booking, Twitter, LinkedIn, PUBG Mobile et TikTok.

  • Système d’exploitation : Android 11 | Surcouche : realme UI 2.0

6. Usage : une partie photo globalement correcte

Pour pouvoir proposer un smartphone sous la barre des 150 euros, realme a dû faire des concessions. Et comme bien souvent, c’est la partie photo qui en fait les frais.

A l’arrière du téléphone, on trouve trois capteurs photo : un objectif principal de 50 MP ouvrant à f/1.8, un objectif macro de 2 MP ouvrant à f/2.4 et un capteur monochrome de 2 MP.
On note donc l’absence d’un objectif ultra grand angle.

En plein jour, la qualité des photos capturées avec l’objectif principal est globalement bonne, mais on constate un manque de piqué dans l’image.

L’objectif macro produit des clichés tout juste exploitables.

De nuit, le capteur principal montre vite ses limites.
Le mode Nuit ne fait pas beaucoup mieux, mais a le mérite de réduire considérablement le bruit.

Le mode Portrait est plutôt efficace pour un smartphone à moins de 200 euros.
Le détourage du sujet n’est pas parfait, mais on a un bel effet de flou dans le fond.

Les autoportraits capturés avec le capteur selfie grand angle de 16 mégapixels ouvrant à f/2.1 manquent de piqué et de contraste.
Les photos sont trop lissées et le fond de l’image manque de détails.

Le realme 8i embarque une batterie de 5000 mAh lui permettant, dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable, d’atteindre 1 journée et demie d’autonomie avant de demander à être rechargée.

Avec le câble et le chargeur de 18 W présents dans le packaging, il aura fallu 60 minutes pour passer de 1 à 55% de batterie et 2 heures 10 pour obtenir une charge complète.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, luminosité à 50%, son à 50%, taux de rafraîchissement d’écran en Automatique) aura consommé 14% de l’énergie contenue dans la batterie. C’est dans la moyenne constatée depuis 2019.

  • Triple appareil photo dorsal :  50 MP + 2 MP + 2 MP
  • Batterie : Fixe de 4000 mAh.

En conclusion : une offre intéressante

A un peu moins de 150 euros, le realme 8i est le smartphone équipé d’un écran 120 Hz le moins cher du marché.

En plus de cela, il bénénificie d’une très bonne qualité de fabrication, de performances correctes, d’une interface agréable à utiliser, d’une prise mini-jack, de deux emplacements nano SIM + micro SD et d’une bonne autonomie.

En contrepartie, le constructeur a dû faire des compromis. realme a ici fait l’impasse sur la technologie OLED pour l’écran et sur la 5G.
La partie photo n’est pas non plus la meilleure qui soit, sans toutefois être catastrophique.

Le plus étonnant c’est l’absence d’un micro d’ambiance, chose inaceptable aujourd’hui.

Malgré ces quelques bémols, le realme 8i reste un bon smartphone pour son prix.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

5 commentaires

  1. Bonjour, je voudrais m’acheter un smartphone 5G à 200 € mais je sais pas quel prendre, et des écouteurs sans fil (comme des AirPods 2 / AirPods 3) mais je sais pas non plus quoi prendre ? Est-ce que vous pouvez me conseiller un smartphone 5G à 200 € et des écouteurs sans fil (comme des AirPods 2 / AirPods 3) ? Merci.

    Cordialement,
    Stephane.

  2. Pour un smartphone 5G à 200 euros, on n’a pas trop le choix. C’est le Poco M3 Pro 5G ou le Redmi Note 10 5G, deux très bons smartphones qui sont presque jumeaux.

    Pour les écouteurs, on en teste très peu, donc pas d’avis sur la question.
    Cependant, Marco a testé récemment les Wiko Buds Immersion et il les a trouvé très bons.

    • Y’a le Poco M4 Pro 5G aussi et la série des Redmi Note 11, qu’est ce vous pensez de ses smartphones ?

      Pour les écouteurs sans fil, y’aurais t-il des écouteurs sans fil moins cher que les Wiko Buds Immersion ?

      Cordialement,
      Stephane.

      • Le Redmi Note 11 sera bientôt en test chez TFP.
        Pour le reste, je ne les ai pas tésté.

        • Vous pensez qu’il existera une version Redmi Note 11 non-Pro 5G ? Pour le Poco M3 Pro 5G ou Redmi Note 10 5G, faut-il que je prend une version avec 64 ou 128 Go de stockage ?
          Poco M3 Pro : 4 Go RAM + 64 Go Stockage ou 6 Go RAM + 128 Go Stockage.
          Redmi Note 10 5G : 4 Go RAM + 64 Go Stockage ou 4 Go RAM + 128 Go Stockage.

          Pour les écouteurs sans fil, y’aurais t-il des écouteurs sans fil moins cher que les Wiko Buds Immersion ?

          Cordialement,
          Stephane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.