Accueil » Diverses marques » Test du realme 6i : original, autonome et pas cher

Test du realme 6i : original, autonome et pas cher

La gamme realme 6 se compose actuellement de 3 modèles : le realme 6 Pro, le realme 6 et le realme 6i.
Ce dernier présente la fiche technique la moins bien fournie de la fratrie.

Le realme 6i est vendu en Europe au prix officiel de 199,90 euros, mais en cette fin du mois de juin 2020 on peut le trouver un peu sous la barre des 160 euros.

Mais à ce tarif que peut on espérer de ce smartphone d’entrée de gamme?
C’est ce que vous allez découvrir dans cet article de test.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : classique et original à la fois

En façade, le realme 6i offre une formule très classique : un grand écran goutte d’eau de 6,52 pouces protégé par une vitre Corning Gorilla 3 avec quelques bordures visibles, notamment au niveau du menton.

L’écran reçoit en plus un film de protection posé en usine.
L’afficheur est surmonté par l’écouteur, par la caméra frontale et par les habituels capteurs de luminosité et de proximité.
Les 3 touches Android sont intégrées à l’écran. Elles sont donc tactiles.
Pas de LED de notifications donc.

Les contours sont en polycarbonate, mais le châssis est en métal.

L’originalité vient de la face arrière en polycarbonate qui présente de beaux motifs intégrés dans la masse.
Nous les devons au célèbre designer japonais Naoto Fukasawa.
Le dos du smartphone est poli de nombreuses fois afin d’obtenir un rendu mat doux au toucher.
Ajouté à la forme légèrement bombée de la face arrière, cela offre non seulement une excellente prise en main mais empêche également d’attirer les traces de doigts.

Et puisque nous sommes sur l’arrière du téléphone, on remarquera le long module photo placé dans le coin supérieur gauche.
Il intègre 4 capteurs et est accompagné d’un flash LED.

Au centre, on a un lecteur d’empreintes digitales de forme circulaire.
Plus bas, à gauche la marque “realme” et à droite le logo de certification CE.

Si la tranche supérieure ne comporte aucun orifice, à l’opposé on note la présence d’un port mini-jack, d’une entrée micro primaire (la seule), d’un port USB-C et de la grille du haut-parleur.

Le flanc gauche est occupé par le tiroir SIM/micro SD (2 nano SIM + 1 micro SD) et par les touches de volume.

Le côté droit fait place au bouton d’allumage.

Pour ce qui est des coloris, vous aurez le choix entre du White Milk ou du Green Tea, comme c’est le cas pour notre exemplaire de test.

  • Dimensions : 164,4 mm de long x 75,4 mm de large x 9,0 mm d’épaisseur | Poids : 199 grammes

2. Image et son : une image en HD+

Le realme 6i s’appuie sur une dalle IPS LCD de 6,52 pouces présentant une résolution HD+, et c’est probablement là le point faible de ce smartphone.

Cependant, l’image reste de bonne qualité et seul un oeil averti verra vraiment la différence au quotidien.

Cet écran au ratio 20:9 occupe 89,8% de la face avant.
Il offre de belles couleurs, de bons contrastes et des angles de vue largement ouverts.

Avec sa luminosité de 480 nits, on pourra sans problème consulter l’écran du smartphone en plein soleil.

Au final, on prendra plaisir à regarder des vidéos sur l’écran du realme 6i.

Le son délivré par le haut-parleur principal est clair et relativement puissant (114 db constatés à la sortie).

L’écoute au casque est très agréable et la spatialisation est tout à fait bonne.

En appel, le son restitué par l’écouteur est tout à fait satisfaisant. On comprend bien son correspondant.
On regrettera seulement l’absence d’un micro d’ambiance.

  • Ecran : 6,52 pouces (IPS) avec une résolution de 720 x 1600 pixels, soit donc une densité de 269 ppp.
  • Son : Mini-jack et haut-parleur mono. Écouteur classique

3. Performances : tout à fait honnêtes

Sur un smartphone vendu à moins de 200 euros, il ne faut bien sûr pas s’attendre à des performances extraordinaires. Malgré tout, ce realme 6i ne démérite pas.

Doté d’un processeur 8 coeurs Mediatek Helio G80 accompagné de 4Go de RAM, notre mobile de test est tout à fait capable de faire tourner la plupart des grosses applications et des gros jeux 3D du moment tels que PUBG Mobile ou Call of Duty.
Bien évidemment, ces jeux ne tourneront pas avec des graphismes poussés au maximum.
Il faudra donc faire quelques concessions.

Je n’ai pas résisté à lancer nos deux benchmarks habituels et j’ai obtenu des scores de 201.761 points sur Antutu et de 1338 points sur 3D Mark (Sling Shot Extreme).

Pour le stockage, sur les 128Go revendiqués par le constructeur seuls 109Go seront réellement alloués à l’utilisateur.
Toutefois, une carte micro SD (+512Go) pourra facilement être ajoutée, et cela sans devoir sacrifier un des deux emplacements SIM.

  • Antutu Benchmark (v8.3.6) : 201.761 points | 3D Mark (Sling Shot Extreme) : 1338 points
  • Processeur : Octa-core Mediatek Helio G80 (2 x 2,0GHz + 6 x 1,8GHz) | Mémoire vive : 4Go  | Processeur graphique : Mali-G52 MC2
  • Mémoire de stockage : 128Go de mémoire qui se transforme en 109Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : rien ne manque

Le realme 6i est bien évidemment compatible avec les réseaux 4G, ici VoLTE de catégorie 7 (300 Mbps en DL et 100 Mbps en UL), intégrant toutes les bandes nécessaires à une utilisation complète en France, et plus largement en Europe : B1 (2100 MHz), B3 (1800 MHz), B7 (2600 MHz), B20 (800 MHz) et B28 (700 MHz).

A côté de cela, on peut également compter sur la panoplie de toutes les autres connexions que sont : le Wi-Fi (b/g/n), le Bluetooth (5.0), le (A)GPS/Glonass/BDS, 2 emplacement nano SIM, un slot micro SD, un port USB-C (OTG), un port mini-jack, la radio FM, et même une puce NFC servant notamment pour les paiements sans contacts.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en Wi-Fi.
Pour le GPS, dans une cour de copropriété urbaine, il aura fallu 7 secondes à ce realme 6i avant d’obtenir un premier fixe (7 satellites).

Au niveau des sensors, on peut compter sur un accéléromètre, sur une boussole, sur un gyroscope, et sur les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

Afin d’assurer une bonne sécurité, le realme 6i peut être déverrouillé de 2 manières : via le lecteur d’empreintes digitales situé au dos du terminal ou à l’aide du face-unlock (reconnaissance faciale).
Dans les deux cas, c’est rapide et efficace.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 0,888 W/kg à la tête. C’est un score se situant dans la moyenne haute, mais restant toutefois dans la norme.

5. Système d’exploitation : un Android à jour et customisé

Le realme 6i est animé par realme UI, un système d’exploitation basé sur Android 10.

Cette interface est plutôt intéressante et agréable à utiliser au quotidien.
Elle permet aussi de personnaliser le smartphone à outrance.

On a ainsi le choix entre une présentation sans profondeur de navigation où tous les écrans sont des bureaux, et une présentation intégrant un tiroir des applications.

realme UI 1.0 apporte son lot de modifications, avec de nouveaux fonds d’écran et des applications propriétaires telles que :

– Musique : un lecteur MP3
– Gestionnaire de téléphone : une application fourre-tout permettant notamment de manager la mémoire du smartphone ou d’économiser de l’énergie
– Game Center : une boutique de jeux
– Météo
– Calculatrice
– Etc.

On notera également la présence d’une application liée à un partenaire : le navigateur Opera Mini.

Parmi les fonctions sympa, on dispose d’un mode sombre vraiment intéressant car il s’applique à tous les menus et à toutes les applications.

A cela il faut ajouter la possibilité de remplacer les 3 touches Android habituelles par un système de gestures.

Pour les couleurs affichées à l’écran, on a le choix entre Vif ou Naturel.

  • Système d’exploitation : Android 10 | Surcouche : realme UI 1.0

6. Usage : qualité photo correcte et grosse autonomie

Le realme 6i est bien évidemment capable d’effectuer des appels, d’envoyer des SMS, de lire des MP3 et des vidéos, de faire du jeu 2D et 3D, de naviguer sur le Web, etc.

Mais même en 2020, il est encore deux points sur lesquels les smartphones parviennent à se distinguer : la qualité photo et l’autonomie.
Et nous allons voir que notre mobile de test s’en sort très bien sur les deux points.

Grâce à ses 4 capteurs dorsaux, le realme 6i offre une réelle polyvalence en photo.
On dispose ainsi d’un objectif principal de 48 MP ouvrant à f/1.8, d’un objectif ultra grand angle (119°) de 8 MP ouvrant à f/2.3, d’un objectif macro de 2 MP ouvrant à f/2.4 et d’un capteur monochrome de 2 MP ouvrant à f/2.4.

En ce qui concerne ce dernier , je n’ai trouvé aucun réglage permettant la prise de photos noir et blanc autrement qu’avec un filtre. Je pense donc que le capteur monochrome est uniquement présent pour apporter plus de lumière à l’objectif principal et pour mesurer la profondeur de champ.

Pour ce qui est de la vidéo, notez que ce smartphone du groupe BBK Electronics est capable de filmer en 4K à 30 FPS.

Avec l’objectif principal, il est possible de prendre de jolies photos tant que la lumière est présente en suffisance.
Les couleurs ressortent bien, tandis que les images possèdent un bon niveau de détails.

Ce même capteur permet de prendre des clichés en plein format en 48 mégapixels afin de profiter d’un niveau de détails encore meilleur.
La différence est bien là, mais elle ne saute pas vraiment aux yeux.
Les photos sont effectivement plus grandes (et plus lourdes) et permettent de ne pas trop zoomer dans l’image.

Le mode Nuit fait bien son travail et se montre intéressant.

L’ultra grand angle offre par définition un champ de vision plus large.
Si l’effet de distorsion est bien atténué, j’ai constaté que l’objectif avait du mal à gérer les fortes lumières jusqu’à rendre la photo presque inexploitable.

De nuit, les photos réalisées avec ce mode sont floues.

Le mode Portrait du realme 6i est relativement bon.
Avec son capteur de profondeur noir et blanc, notre smartphone offre de jolis rendus.

Pour les photos en mode Ultra Macro, l’objectif dédié de 2 MP ne fait pas vraiment de miracles.
Censé offrir une qualité optimale à 4 cm de distance, il réalise en réalité des photos plus floues qu’autre chose.

Pour les autoportraits, on profite d’un capteur frontal de 16 mégapixels ouvrant à f/2.0.
Ce dernier offre des clichés de bonne qualité.

Doté d’une grosse batterie de 5000 mAh, le realme 6i réussi à tenir un peu plus de 2 jours dans le cadre d’un usage mixte raisonnable.

De plus, cet accumulateur est compatible avec la technologie de charge rapide 18 W, mais également avec la charge inversée.
A condition de vous procurer un câble USB-C vers USB-C, votre realme 6i pourra donc recharger un autre appareil.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 8% de l’énergie contenue dans la batterie. C’est beaucoup mieux que les 15% habituellement constatés depuis 2019.

  • Quadruple appareil photo dorsal :  48 MP + 8 MP + 2 MP + 2 MP avec flash LED et autofocus.
  • Batterie : Fixe de 5000 mAh.

En conclusion : une affaire intéressante

Ce realme 6i n’incarne certainement pas le smartphone parfait.
Son gros point faible, c’est son écran limité à 720 p. Cependant, cette définition conviendra à la majorité des utilisateurs puisque l’image reste belle.
Il ne faut pas oublier que nous sommes ici sur un appareil vendu 160 euros.

Son gros point fort, c’est son autonomie importante offerte par la grosse batterie de 5000 mAh.

A côté de cela, on dispose ici d’un très bonne qualité de fabrication, d’un grand écran, de performances satisfaisantes et d’une très bonne connectivité.
La qualité photo proposée par ce smartphone est également tout à fait satisfaisante.

Ce realme 6i est une affaire intéressante et je ne peux que vous le conseiller.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *