Accueil » Diverses marques » Test de l’Ulefone Armor 3T : endurance et résistance sont sa devise

Test de l’Ulefone Armor 3T : endurance et résistance sont sa devise

La marque chinoise Ulefone consacre une grande partie de sa gamme de smartphones aux appareils endurcis plutôt destinés aux baroudeurs, mais également aux chasseurs, aux agriculteurs et aux professionnels du bâtiment.

L’Ulefone Armor 3T fait partie intégrante de ces smartphones outdoor et c’est de lui dont il va être question dans cet article de test.

En ce milieu du mois d’octobre 2019, ce mobile est proposé au prix de 325 euros TTC, notamment sur le plus grand site de vente en ligne au monde.

La seule différence entre l’Armor 3 et l’Armor 3T réside dans le fait que ce dernier est livré avec une antenne servant à mieux capter les ondes lorsque le téléphone est utilisé comme un walkie-talkie.

J’ai donc passé l’Armor 3T sous la loupe de TFP, et voilà ce que ça donne.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : résistant et agréable à l’oeil

L’Ulefone Armor 3T existe en deux coloris : Noir ou Orange, comme c’est le cas pour notre mobile de test.
Attention que “orange” ne signifie pas que l’appareil est entièrement de couleur orange. Il est en fait de couleur noire et est ponctué de touches orange.

Le smartphone est livré dans un coffret dont le contenu mérite que l’on s’y attarde, tant il est complet.
Outre le téléphone, nous trouvons un manuel d’utilisation rapide, une protection d’écran (en plus de celle déjà posée sur l’écran), un chargeur en prise EU, un câble USB vers USB-C, un adaptateur audio USB-C vers mini-jack, un adaptateur micro USB vers USB-C, une dragonne, un tournevis plat, un tournevis Torx, un clip, une araignée (pour fixation sur un guidon de vélo ou de moto), un câble OTG, et enfin une antenne.

Le premier contact avec l’Armor 3T laisse peu de place au doute. Il s’agit bien d’un rugged phone, mais cela ne signifie pas qu’il est dénué de charme.

Le terminal affiche des mensurations et un poids supérieurs à la moyenne, et même très supérieurs puisqu’on a ici une épaisseur de 1,8 cm pour un poids de 373,7 grammes.

Les côtés en aluminium anodisé en gris sont chacun solidement fixés par 3 vis Torx et un cache en plastique doté de joints dissimule le port USB-C.

Les différents boutons sont également waterproof et les orifices sont munis de membranes.

Les 4 angles présentent des bumpers en thermoplastique polyuréthane destinés à absorber les chocs.

L’écran est quant à lui protégé par une vitre Corning Gorilla 5.

Selon le constructeur, le terminal résiste à des variations de température de l’ordre de -40°C à +80°C.

Tout ça pour obtenir les certifications IP68/IP69K et MIL-STD-810G.
L’Armor 3T résiste donc à une immersion de 1 heure 30 sous 1,5 mètre d’eau douce, à la poussière et aux chocs.

Pour mon test d’étanchéité, j’ai plongé le mobile écran allumé dans l’eau de ville au fond d’un lavabo pendant 15 minutes.
Une fois sorti de l’eau, je n’ai constaté aucun bug. L’Armor 3T fonctionnait très bien!

Sur le site d’Ulefone dédié à ce smartphone on peut voir un plongeur sous l’eau “suggérant” qu’il est possible de nager sous l’eau avec cet appareil.
Un collègue testeur a tenté le coup en nageant dans les eaux claires de la République de Saint-Domingue pendant environ 30 minutes.
Le seul déboire constaté a été la présence de buée sous la vitre de l’APN arrière de son Armor 3.

Je vous conseille donc de ne pas reproduire cet exploit. L’Ulefone Armor 3T n’est pas fait pour cela.
Par contre, il résistera par exemple à un plongeon accidentel dans une flaque d’eau.

La face avant arbore un écran de 5,63 pouces occupant celle-ci à hauteur de 64,45%.
Il est surmonté d’un écouteur, d’une caméra frontale, d’une LED de notifications et des habituels capteurs de luminosité et de proximité.
En bas de l’afficheur, on note la présence de l’entrée micro primaire.

Ici pas de touches sensitives Android. Elles sont intégrées à l’écran et sont donc tactiles.

Le flanc gauche fait place à la touche de volume, à un bouton PTT (Push To Talk) et à la mention “waterproof”.

Le côté droit sert quant à lui de terre d’asile au bouton d’allumage, à un lecteur d’empreintes digitales et à la mention “shockproof”.

Sur la tranche supérieure du mobile on trouve une vis servant à masquer le trou de l’antenne ainsi que la mention “IP68”.

A l’opposé, on note la présence d’une trappe masquant le port USB-C.

La coque arrière du téléphone est solidement fixée par 10 vis Torx.

Sur cette dernière on retrouve une pièce en plastique orange permettant d’accrocher une dragonne.
En dessous de celle-ci, on a un capteur photo accompagné d’un flash LED dual-tone ainsi que les capteurs de pression.

Plus bas, on note la présence d’une plaque rectangulaire en aluminium brossé estampillée Ulefone.
Elle est fixée par 4 vis Torx et cache les 2 emplacements nano-sim ainsi qu’un slot micro SD.

Encore plus bas, on remarque 3 pictogrammes indiquant la présence d’une puce NFC ainsi que la résistance à l’eau et à la poussière.

Enfin, en bas de la face arrière on a de nouveau une pièce en plastique orange permettant d’accrocher une dragonne.

  • Dimensions : 164,8 mm de long x 79,2 mm de large x 18,15 mm d’épaisseur | Poids : 373,7 grammes

2. Image et son : belle image et son stéréo

Même si nous sommes ici sur un smartphone outdoor, nous avons droit à un écran qui s’inscrit dans l’air du temps.
En effet, ce dernier adopte un ratio 18:9 offrant un effet cinéma.

Cet écran de 5,63 pouces offre une définition Full HD+, ce qui est quand même plutôt rare sur un mobile de ce type proposé à moins de 330 euros.

La dalle IPS est très généreusement rétroéclairée, une qualité indispensable pour un terminal amené à être utilisé dans toutes les conditions, y compris à l’extérieur et en plein soleil.

Le rendu des couleurs est très correct et l’écran affiche des angles de vision plutôt bien ouverts.
Tout au plus pourra t’on regretter que la température des couleurs ne puisse pas être réglée via le menu des paramètres.

Mais c’est au chapitre du son que ce smartphone chinois endurci m’a vraiment surpris.

En effet, le terminal est équipé de 2 haut-parleurs “waterproof” en façade.
Ces derniers délivrent un son clair et très puissant (106 db constatés à la sortie sur celui du haut et 113 db sur celui du bas).

La combinaison d’une image Full HD+ grand format et du son stéréo permet de regarder confortablement des vidéos ou des films.

L’Armor 3T ne possédant pas de port mini-jack, il faudra passer par l’adaptateur mini-jack vers USB-C présent dans le packaging pour pouvoir écouter de la musique avec un casque filaire.
Sauf qu’après deux essais effectués avec des casques différents, j’ai constaté que le son passant dans l’écouteur gauche est nettement plus faible que celui passant dans l’écouteur droit. Et cela, ce n’est pas vraiment agréable.

A côté de cela, en appel le son restitué par l’écouteur est tout à fait bon. On comprend bien son correspondant.

  • Ecran : 5,63 pouces (IPS) avec une résolution de 1080 x 2160 pixels, soit donc une densité de 429 ppp.
  • Son : Haut-parleurs stéréo en façade. Écouteur classique

3. Performances : honnêtes

L’Ulefone Armor 3T embarque un processeur 8 cœurs Mediatek Helio P23.
Accompagné de 4Go de RAM, ce smartphone parvient à se montrer fluide à l’usage.

Certes, il n’affole pas les compteurs mais permet quand même de faire tourner sans problème toutes les grosses applications et tous les gros jeux 3D du moment.

Face à nos benchmarks habituels, ce mobile durci a obtenu un score d’un peu plus de 93.000 points sur Antutu et d’un peu plus de 8300 points sur 3D Mark (Ice Storm Extreme).

Pour le stockage, sur les 64Go proposés par le constructeur, il ne restera que 52Go disponibles pour l’utilisateur.
Fort heureusement, une carte micro SD (+256Go) pourra être ajoutée afin de venir élargir cette mémoire.

  • Antutu Benchmark (v7.2.3) : 93.248 points | 3D Mark (Ice Storm Extreme) : 8302 points
  • Processeur : Octa-core Mediatek Helio P23 MT6763T (4 x 2,3GHz + 4 x 1,65GHz | Mémoire vive : 4Go  | Processeur graphique : Mali-G71 MP2
  • Mémoire de stockage : 64Go de mémoire qui se transforme en 52Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : même du NFC

Cet Armor 3T offre de la 4G LTE VoLTE de catégorie 7 (300 Mbps en download et 100 Mbps en upload) intégrant les bandes B20 (800 MHz) et B28 (700 MHz), en sus de la 2G et de la 3G+.

A côté de cela, on a comme toujours sur un smartphone digne de ce nom la panoplie des autres connexions que sont : le WiFi (a/b/g/n), le Bluetooth (4.0), le (A)GPS/Glonass, 2 emplacements nano SIM, un slot micro SD, un port USB-C (OTG), la radio FM, et même le NFC.
Par contre, pas de port mini-jack.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en WiFi.
Pour le GPS, dans une cour de copropriété urbaine, il aura fallu 5 secondes à ce smartphone avant d’obtenir un premier fixe (8 satellites).

Au niveau des sensors, en plus des habituels capteurs de luminosité et de proximité, nous avons un accéléromètre, une boussole, et un gyroscope.
Nous avons également droit à un lecteur d’empreintes digitales placé sur le côté droit du terminal qui se montre relativement rapide et plutôt efficace.
Vous pourrez également déverrouiller votre Armor 3 via la reconnaissance faciale (face-unlock), et cela fonctionne très bien!

Notez que ce smartphone outdoor est doté d’un bouton PTT qui permettra, notamment via l’application Zello préinstallée, de s’en servir comme walkie-talkie.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : Pas communiqué par la marque.

5. Système d’exploitation : un Android peu surcouché

Cet Armor 3T tourne sous Android Oreo 8.1.

C’est plutôt normal que nous ne nous trouvions pas face à Android 9 Pie puisque ce terminal a été mis sur le marché au mois de septembre 2018.
Et franchement, je ne pense pas qu’il soit mis à jour vers Android Pie, et encore moins vers Android 10.
De plus, la dernière mise à jour de sécurité disponible date du mois de juillet 2018.
Dans les faits, ce n’est pas vraiment grave puisque l’appareil tourne parfaitement bien.

La marque venue de l’Empire du Milieu a choisi de ne pas ajouter de réelle surcouche, et c’est tant mieux car cela rend la navigation plus fluide dans les différents menus et bureaux.

Tout au plus a t’on quelques fonds d’écran spécifiques et une application supplémentaire nommée Outdoor Toolbox.
Cette dernière donne accès à toute une série d’autres applications telles que : une boussole, un niveau à bulle, une loupe, une lampe torche, une alarme SOS, un rapporteur, un cardiofréquencemètre, etc.

On a donc bien ici le tiroir d’applications cher à certains utilisateurs.

  • Système d’exploitation : Android Oreo 8.1 | Surcouche : aucune

6. Usage : des photos correctes et une excellente autonomie

Ce rugged phone est capable de faire tout ce qu’on lui demande.
Il peut passer des appels partout dans le monde, envoyer des SMS, lire des vidéos et des MP3, surfer sur le Net, jouer à des jeux 2D et 3D, etc.

Mais il y a encore aujourd’hui deux aspects qui peuvent distinguer les smartphones entre eux : la qualité photo et l’autonomie.

A l’arrière, l’Armor 3 est équipé d’un seul capteur photo Sony IMX230 de 21 mégapixels ouvrant à f/1.8.

Lorsque la lumière est présente en suffisance, les clichés sont de bonne qualité.
Mais comme c’est souvent le cas, lorsque la luminosité baisse, la qualité des photos baisse également.

Cet APN dorsal est capable de filmer en 1080p à 30 FPS.

A l’avant, on trouve un capteur Omnivision de 8 mégapixels (interpolé en 13 MP) ouvrant à f/2.4 permettant de réaliser de beaux autoportraits.

Là où l’Armor 3T excelle, c’est au niveau de l’autonomie.
En effet, ce mobile intègre une très grosse batterie de 10.300 mAh qui lui permettra de tenir environ 3 jours avant de devoir être rechargé, et ce dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable.

Cette énorme batterie est compatible avec la technologie de charge rapide 18W et permet la charge inversée. C’est-à-dire que cet Armor 3T pourra faire office de batterie externe pour recharger d’autres appareils (tablettes, smartphones, etc.).

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 9% de l’autonomie contenue dans la batterie. C’est beaucoup mieux que les 15% habituellement constatés sur les smartphones de 2019.

  • Appareil photo dorsal :  21 mégapixels avec autofocus et flash dual-tone
  • Batterie : Fixe de 10300 mAh.

En conclusion : contrat rempli

Pour la moitié du prix d’un rugged phone équivalent d’une marque plus connue, on a ici un appareil conforme à ce que l’on attend de ce type de smartphone : une bonne résistance aux milieux hostiles, un bon son, une bonne connectivité, et surtout une excellente autonomie.

Certes celle-ci demande de faire une concession sur le poids (373 grammes), mais on n’a rien sans rien!

Certes ce n’est pas une voiture de course, mais ses performances suffisent à offrir une belle fluidité au quotidien et même à jouer à de gros jeux 3D.

Bien qu’il soit destiné à une catégorie d’utilisateurs bien particulière, cet Ulefone Armor 3T m’a conquis et son prix de 325 euros TTC reste très raisonnable.

  • Les plus : Belles finitions, écran FHD+, son stéréo, autonomie.
  • Les moins : Pas de port mini-jack.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *