Accueil » Tests - Samsung » Test du Samsung Galaxy A80 : coup d’essai

Test du Samsung Galaxy A80 : coup d’essai

En attendant la commercialisation du Galaxy A90, le Galaxy A80 est pour l’instant le plus “gradé” de la gamme A de Samsung.
Il est également le premier smartphone du constructeur sud-coréen à être doté d’un module photo motorisé avec caméra rotative. Ce sera certainement ce dernier aspect qui attirera les acheteurs potentiels.

Lors de sa commercialisation au mois de juillet, ce Galaxy A80 était affiché au prix officiel de 659 euros TTC, ce qui semblait un peu cher.
Pour notre plus grand plaisir, en ce milieu du mois de septembre 2019, on peut maintenant retrouver ce même smartphone sous la barre des 450 euros.

Alors, ce coup d’essai de module photo motorisé se transformera t’il en coup de maître?
C’est ce que vous allez découvrir dans les lignes qui suivent.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : beau, grand et lourd

Le Samsung Galaxy A80 est un très beau smartphone fait de verre et de métal chromé.
Cependant, il n’est pas fait pour toutes les mains. Il est grand (16,52 cm de long) et il est lourd (220 grammes).
Conclusion, il devra impérativement être utilisé à deux mains.

Grâce à son dos en verre (traité Corning Gorilla 6) légèrement bombé, la prise en main est agréable mais le terminal s’avère plutôt glissant.
Dans certaines contrées une coque de protection en polycarbonate est livrée avec le mobile, mais ce n’est pas le cas en France.

La face avant est occupée à hauteur de 86% par un écran full-borderless de 6,7 pouces.
Ce dernier, protégé par une vitre Corning Gorilla 3, est surmonté par les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

Ici pas de LED de notifications et pas de touches sensitives Android. Ces dernières étant intégrées à l’écran, elles sont donc tactiles.

Le côté gauche est occupé par les touches de volume, alors que sur le flanc droit on trouve le bouton d’allumage.

La tranche supérieure fait place à un micro d’ambiance, tandis qu’à l’opposé on note la présence d’une entrée micro primaire, du tiroir SIM (2 nano-SIM), d’un port USB-C, d’une entrée micro secondaire et de la grille du haut-parleur.

Retournons le téléphone pour découvrir le module photo rotatif à 3 capteurs + flash dual-LED, la marque Samsung et quelques inscriptions concernant les diverses certifications.

Le Samsung Galaxy A80 est disponible en 3 couleurs : Phantom Black, Angel Gold et Ghost White, comme c’est le cas pour notre mobile de test.
Si vous ne voulez pas que votre smartphone se transforme en piste d’atterrissage pour les traces de doigts, évitez la version noire.

  • Dimensions : 165,2 mm de long x 76,5 mm de large x 9,3 mm d’épaisseur | Poids : 220 grammes

2. Image et son : le cinéma partout où vous allez

Il ne fait aucun doute que l’écran Super Amoled Infinity Display de 6,7 pouces de ce Galaxy A80 est l’un de ses gros points forts.

Affichant un ratio de 20:9 et une définition Full HD+, on a l’impression d’être au cinéma lorsque l’on regarde des vidéos.

Les couleurs sont très belles, les contrastes sont infinis, les noirs sont profonds et les angles de vision sont largement ouverts.
Pour la température des couleurs, deux modes d’affichage s’offrent à vous : Vif ou Naturel.
Avec une très bonne luminosité mesurée à 563 cd/m² on ne rencontre aucun problème pour consulter l’écran de son smartphone en extérieur, et même en plein soleil.

Pour le son, l’unique haut-parleur principal situé sur la tranche inférieure du mobile délivre un son clair et puissant (109 db constatés à la sortie).

On notera que Samsung n’a pas intégré d’écouteur pour les appels, puisque le Galaxy A80 utilise un système de vibration de la dalle pour produire du son, une première chez le constructeur sud-coréen.
Si on comprend bien son correspondant, on constatera que le son est quand même fort robotique.

On regrettera que le fabricant ait fait passer le port mini-jack à la trappe.
Pas non plus d’adaptateur USB-C vers mini-jack dans la boîte.
Mais il y a pire encore, puisque le terminal refuse tout adaptateur et affiche le message “périphérique USB non compatible”.
Il faudra donc soit utiliser le kit mains-libres intra-auriculaire USB-C présent dans le packaging, soit utiliser un casque Bluetooth. Les utilisateurs d’un casque filaire (comme moi) resteront donc frustrés.

Notez que le Galaxy A80 est certifié Dolby Atmos.

  • Ecran : 6,7 pouces (Super Amoled) avec une résolution de 2400 x 1080 pixels, soit donc une densité de 393 ppp.
  • Son : Mini-jack et haut-parleur mono. Écoute des appels par vibration.

3. Performances : plus qu’honorables

Equipé d’un processeur 8 cœurs Qualcomm Snapdragon 730 accompagné de 8Go de RAM, ce Galaxy A80 délivre de très belles prestations.

Certes, nous ne sommes pas au niveau d’un Snapdragon 855, mais les scores obtenus sur nos benchmarks habituels prouvent que ce smartphone est capable de faire tourner toutes les grosses applications et tous les gros jeux 3D du moment présents sur le Play Store.
PUBG Mobile se lance ainsi en qualité graphique maximale et se joue sans aucun ralentissement.

Pour le stockage, sur les 128Go annoncés par le constructeur, seuls 108,2Go seront destinés à l’utilisateur.
Vu l’absence de port micro SD, cette mémoire ne pourra pa être étendue.

  • Antutu Benchmark (v7.2.3) : 203.763 points | 3D Mark (Sling Shot Extreme) : 2407 points
  • Processeur : Octa-core Qualcomm Snapdragon 730 (2 x 2,2GHz + 6 x 1,8GHz) | Mémoire vive : 8Go  | Processeur graphique : Adreno 618
  • Mémoire de stockage : 128Go de mémoire qui se transforme en 108,2Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : très complète

Le Galaxy A80 est doté d’une bonne connectivité.

Tout d’abord, il dispose d’une connexion 4G LTE VoLTE de catégorie 11 intégrant la B20 (800 MHz) et la B28 (700 MHz).
Bien évidemment, nous avons également de la 2G et de la 3G+.

Le Samsung Galaxy A80 testé ici l’est dans sa déclinaison européenne portant la référence SM-A805F/DS, ce qui signifie que ce mobile accepte deux cartes SIM (au format nano).

En plus de cela, on retrouve également toutes les autres connexions que sont : le WiFi (a/b/g/n/ac), le Bluetooth (5.0), le (A)GPS/Glonass/BDS/Galileo, un port USB-C, de la radio FM, une puce NFC, etc.
Cette dernière est d’autant plus intéressante qu’elle permet les paiements sans contact.
Par contre, pas de slot micro SD et pas de port mini-jack.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en WiFi.
Pour le GPS, dans la cour d’une copropriété urbaine, il aura fallu 12 secondes à ce Galaxy A80 avant d’obtenir un premier fixe (9 satellites).

Au niveau des sensors, nous trouvons un accéléromètre, une boussole, un gyroscope, un compteur de pas et les habituels capteurs de luminosité et de proximité, de quoi faire de la réalité virtuelle/augmentée.

Mais en plus de cela, on sera heureux d’apprendre que ce smartphone intègre un lecteur d’empreintes digitales placé sous la dalle.
Afin de bénéficier d’une reconnaissance plus précise, je vous conseille d’enregistrer 3 fois le même doigt.
L’expérience sera alors concluante.

Contrairement aux autres smartphones de la gamme A, le Galaxy A80 n’accepte pas le déverrouillage par reconnaissance faciale (face-unlock).

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 0,22 W/kg. C’est un excellent score pour un mobile sorti en 2019.

5. Système d’exploitation : un Android customisé

Le Galaxy A80 est animé par la dernière version de l’OS de Google, à savoir Android Pie 9.0.
Un système d’exploitation qui est déjà en lui-même tout à fait complet, mais qui grâce à Samsung gagne en style et en intuitivité.

En outre, nous nous retrouvons ici avec la nouvelle interface One UI 1.1 qui succède à TouchWiz et à Samsung Experience.

Les icônes ont été relookées et de nouveaux fonds d’écrans ont fait leur apparition, mais le tiroir des applications a été maintenu.

Du côté applicatif, nous avons donc :

– Des applications Microsoft telles que Office Mobile, One Drive et LinkedIn
– Des applications Google telles que Gmail, Maps, YouTube, etc.
– Des applications Samsung telles que Game Launcher, Thèmes, Samsung Health, etc.

On appréciera également quelques fonctions sympa comme la possibilité de dupliquer des applications à l’instar de la boîte mail et ainsi pouvoir gérer votre messagerie pro et votre messagerie perso séparément.

Un mode nuit peut aussi être activé, rendant ainsi un côté noir au fond du menu des Paramètres.

On aura également la possibilité de rendre l’écran tactile plus sensible ou d’activer Bixby, l’assistant mis au point par Samsung.

Le Galaxy A80 dispose de la fonction Always On Display.

On notera qu’il est également possible de masquer les 3 touches sensitives Android pour les remplacer par un système de gestures.

  • Système d’exploitation : Android Pie 9.0 | Surcouche : One UI 1.1

6. Usage : globalement satisfaisant

Il est évident que ce smartphone est capable de lire des MP3, des vidéos, de surfer sur le Net, de faire du jeu 2D et 3D, et bien sûr de passer des appels et d’envoyer des SMS.

Mais même en 2019, il y a encore deux aspects qui permettent de différencier les mobiles entre eux : la qualité photo et l’autonomie.

Côté photo, le Galaxy A80 est atypique dans le sens où la caméra selfie est la même que sur l’arrière.
En effet, ce smartphone est doté d’un module photo motorisé.
Le haut du terminal vient coulisser, à la manière du Oppo Find X, et le module photo pivote au même moment pour se retourner afin de prendre un selfie. L’ensemble du mouvement prend environ 1 seconde.

Si le smartphone sent qu’il est en train de chuter, le mécanisme se referme en partie pour retourner le module photo.

Ce dernier comprend 3 objectifs : un capteur principal Sony IMX586 de 48 mégapixels ouvrant à f/2.0, un capteur ultra grand angle (123°) ouvrant à f/2.2 et un capteur 3D ToF ouvrant à f/1.2 servant au mode portrait.

Dans de bonnes conditions de luminosité, le capteur principal fournit de beaux clichés.

Avec le capteur ultra grand angle de 8 MP, l’effet fisheye est assez fort prononcé et fournit des performances moyennes.

Le mode portrait est plutôt réussi, avec un effet bokeh plutôt convaincant.

Le Galaxy A80 permet de basculer manuellement vers un mode nuit.
Ce dernier a tendance à donner une teinte orangée aux photos mais permet de dégager plus de détails.
En très basse lumière cela devient catastrophique et on se retrouve parfois avec une bouillie de pixels.

Notre smartphone est capable de filmer des séquences en Ultra HD à 30 images par seconde.
Mais attention qu’avec ce mode, l’image ne sera pas stabilisée.
Pour obtenir une vidéo stabilisée, il faudra passer en Full HD.

Le Galaxy A80 est équipé d’une batterie de 3700 mAh lui octroyant une autonomie de 1,5 jours, et cela dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable.

Cet accumulateur est compatible avec la technologie de charge rapide Super Fast Charge de 27W.
Notez que le chargeur est en prise USB-C.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 15% de l’énergie contenue dans batterie. C’est dans la moyenne du score constaté sur la majorité des smartphones sortis en 2019.

  • Appareil photo rotatif :  48 MP + 8 MP + ToF
  • Batterie : Fixe de 3700 mAh.

En conclusion : petite frustration

Ce Samsung Galaxy A80 est globalement un bon smartphone.

Il dispose d’un beau design mêlant le métal et le verre, d’une bonne prise en main, mais d’un poids élevé.
Son grand écran Super Amoled full-borderless est l’un de ses gros points forts.

Son processeur Qualcomm Snapdragon 730 lui octroie de très bonnes performances mais tend à prouver que l’on est ici sur un smartphone de milieu de gamme et non sur du haut de gamme.

De prime abord, on pourrait croire que le module photo rotatif est une bonne idée.
Cependant, s’il est efficace dans de bonnes conditions de luminosité, il est particulièrement décevant quand la lumière vient à chuter.

On sera également déçus par l’absence de slot micro SD, mais encore plus par celle du port mini-jack, surtout que le port USB-C n’accepte pas les adapteurs USB-C vers mini-jack.

Certes à moins de 450 euros en ce milieu du mois de septembre 2019 le Galaxy A80 commence à devenir une bonne affaire, mais malheureusement il croisera sur sa route un Asus Zenfone 6 et un Xiaomi Mi 9T Pro très convaincants.

  • Les plus : Design, qualité de fabrication, écran Super Amoled
  • Les moins : Photos de nuit, pas de port mini-jack, pas de slot micro SD

Galerie photos :

Autres :

Voir la vidéo de présentation de la gamme Samsung Galaxy A 2019.

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

2 commentaires

  1. Le système pop up est complément raté.
    Je l’ai pris en main en boutique ça a du jeu c’est fragile et bruyant. Bref copie à revoir entièrement.
    Samsung peut breveter ce système car je ne pense pas qu’un autre fabriquant nous le ressort.
    Et vu le prix Samsung ne devrait pas en vendre beaucoup malgré le fait qu’il est présent dans pas mal de boutique.
    Un A80 qui ne fait pas vraiment partie de la gamme A.

    PS : Vivement le test du A50s pour voir si Samsung à corrigé ces principaux défauts qui est le capteur d’empreinte sous l’écran (qui s’est amélioré avec les MAJ) et la photo (le 25 MP remplacé par un 48 MP qui devrait mieux s’en sortir notamment en mode nuit (qui est apparu et est complètement anecdotique sur l’A50)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *