Accueil » Diverses marques » Test du Redmi K30 : le digne successeur du Mi 9T… ou pas?

Test du Redmi K30 : le digne successeur du Mi 9T… ou pas?

Au mois de janvier de cette année 2020, Xiaomi présentait en Chine le Redmi K30, un smartphone de milieu de gamme destiné à prendre la succession du Redmi K20 alias Xiaomi Mi 9T.

Un mois plus tard, ce même appareil était lancé en Inde comme POCO X2.
C’est sous cette même appellation que le Redmi K30 pourrait arriver en Europe dans sa version globale.

La version testée ici est la déclinaison 4G LTE, mais il existe également une version 5G équipée d’un processeur plus puissant.

Le Redmi K30 4G LTE est disponible en 3 déclinaisons mémoire : 6Go de RAM + 64Go de ROM, 8Go de RAM + 128Go de ROM et 8Go de RAM + 256 Go de ROM.

C’est la version intermédiaire que j’ai choisi de vous présenter.
Elle est affichée à des tarifs variant de 300 à 330 euros (tous frais compris) sur certains sites de vente en ligne.

Le Redmi K30 est-il le digne successeur du Xiaomi Mi 9T?
Vous aurez la réponse en parcourant cet article de test.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : une belle bête qui fait son poids

Le Redmi K30 est un smartphone au look très sympathique.

Il utilise des matériaux dits “premium” dans sa conception : des contours en aluminium anodisé et un dos en verre traité Corning Gorilla 5.
La qualité de fabrication est irréprochable.

L’appareil offre une bonne prise en main, mais son poids de 208 grammes a difficile à se faire oublier.

Ce mobile étant relativement haut (16,5 cm), il conviendra de l’utiliser à deux mains.

Xiaomi a fait le choix de n’intégrer aucune pièce mécanique dans le Redmi K30.
Ici donc, pas de caméra frontale pop-up comme sur le K20 (ou Mi 9T).
Celle-ci est remplacée par un double capteur photo placé dans le coin supérieur droit de l’écran.

Ce dernier présente une diagonale de 6,67 pouces et occupe 85,1% de la face avant.
Cet écran oléophobe est protégé par une vitre Corning Gorilla 5 au profil 2.5D.

Il est surmonté par un écouteur et par les habituels capteurs de luminosité et de proximité.
Les 3 touches habituelles Android sont intégrées à l’écran et sont donc tactiles.
Pas de LED de notifications donc.

Le flanc gauche du smartphone n’est occupé que par le tiroir SIM/micro SD (2 nano SIM ou 1 nano SIM et 1 micro SD).

A l’opposé, on trouve la touche de volume et le bouton d’allumage, ce dernier intégrant un lecteur d’empreintes digitales.

Sur la tranche supérieure, on note la présence d’un port IR et d’un micro d’ambiance.

La tranche inférieure accueille quant à elle la grille du haut-parleur, une entrée micro primaire, un port USB-C et une prise mini-jack.

A l’arrière du mobile, on trouve un module photo assez proéminent intégrant 4 capteurs placés à la verticale.
Celui-ci vient prendre place au centre d’un cercle (ton caisse).
Il est accompagné des mentions “64MP AI Super Camera” et “Designed by Redmi”, ainsi que d’un flash dual-LED.
Plus bas, on trouve la marque Redmi.

Si j’ai choisi la couleur Purple pour ce test, sachez que le Redmi K30 existe également en Fuchsia et en Bleu.

  • Dimensions : 165,3 mm de long x 76,6 mm de large x 8,8 mm d’épaisseur | Poids : 208 grammes

2. Image et son : du cinéma à la maison

Le Redmi K30 est équipé d’un grand écran de 6,67 pouces au ratio 20:9.
Il est certifié HDR10 et présente un taux de rafraîchissement de 120 Hz qui rendra l’expérience de navigation encore plus fluide.

Cet afficheur s’appuie sur la technologie IPS LCD et propose une résolution Full HD+.

L’image restituée offre de très belles couleurs, de bons contrastes et des angles de vision largement ouverts.
Lorsque l’on regarde une vidéo ou un film, on a vraiment l’impression de se trouver devant un écran de cinéma.

Avec sa luminosité de 500 nits vous n’aurez aucun problème à consulter l’écran du mobile en extérieur.

Le son diffusé par le haut-parleur principal (situé sur la tranche basse du smartphone) est très clair et relativement puissant (110 db constatés à la sortie).

L’écoute au casque est agréable et en appel, on entend distinctement son correspondant.

  • Ecran : 6,67 pouces (IPS) avec une résolution de 1080 x 2400 pixels, soit donc une densité de 395 ppp.
  • Son : Mini-jack et haut-parleur mono. Écouteur classique

3. Performances : intéressantes

La déclinaison 4G du Redmi K30 est animée par un processeur 8 cœurs Qualcomm Snapdragon 730G (Snapdragon 765G pour la version 5G), accompagné d’un GPU Adreno 618 et de 8Go de RAM.

Comme en atteste le score d’un peu plus de 275.600 points récolté sur Antutu Benchmark, ce smartphone chinois est capable de faire tourner toutes les grosses applications et tous les gros jeux 3D du moment tels que Fortnite, PUBG Mobile ou encore Call of Duty Mobile.
Cependant, lors de parties de jeu sur Fortnite j’ai noté quelques petits lags.

Pour le stockage, on a ici 128Go dont 109Go seront effectivement dédiés à l’utilisateur.
Si vous trouvez que cela n’est pas suffisant, vous pourrez facilement étendre cette mémoire par le biais d’un carte micro SD. Cette dernière occupera alors le second emplacement SIM.

  • Antutu Benchmark (v8.3.0) : 275.608 points
  • Processeur : Octa-core Qualcomm Snapdragon 730G (2 x 2,2GHz + 6 x 1,8GHz) | Mémoire vive : 8Go  | Processeur graphique : Adreno 618
  • Mémoire de stockage : 128Go de mémoire qui se transforme en 109Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : presque parfaite

Le Redmi K30 propose un modem 4G LTE (VoLTE) de catégorie 15 en download et de catégorie 13 en upload.

Etant donné que l’exemplaire de test est une édition originale, il n’intègre que les bandes B1 (2100 MHz) et B3 (1800 MHz). Il n’a donc pas droit aux bandes B7, B20 et B28.
Rassurez-vous, ces dernières seront bien présentes sur le POCO X2 en version globale.
Malgré l’absence de ces 3 bandes, si tout comme moi vous habitez en ville, vous devriez capter la 4G sans problème (peut être pas avec Free…).
Au pire, une fois en dehors de la ville, vous basculerez sur de la 3G+.

On retrouve également d’autres connexions telles que : le WiFi (a/b/g/n/ac), le Bluetooth (5.0), le (A)GPS/Glonass/BDS/Galileo, 2 emplacements nano SIM, un slot micro SD, un port USB-C (OTG), une prise mini-jack, un port infrarouge, la radio FM et même une puce NFC.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en WiFi.
Pour le GPS, dans la cour d’une copropriété urbaine, il aura fallu 12 secondes à ce smartphone chinois avant d’obtenir un premier fixe (8 satellites).

En ce qui concerne les sensors, on peut compter sur un accéléromètre, sur une boussole, sur un gyroscope, sur un compteur de pas et sur les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

Enfin, au niveau de la sécurité, ce smartphone signé Xiaomi peut soit être déverrouillé par le lecteur d’empreintes digitales situé sur le côté droit, soit par la technologie de reconnaissance faciale (face-unlock).

Dans les deux cas, c’est rapide et efficace.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 1,08 W/kg. C’est un score élevé pour un mobile lancé en 2020.

5. Système d’exploitation : un OS complètement à jour

Comme c’est souvent le cas sur un smartphone Xiaomi, on retrouve ici la surcouche maison MIUI, et plus précisément MIUI 11.0.4.0.

Ce fork est basé sur la dernière version de l’OS de Google, à savoir Android 10.

MIUI 11 apporte son lot de modifications de design (fonds d’écrans, icônes, etc.), mais également une série d’applications propres à la marque telles que :

– Mi Vidéo : un lecteur de vidéos signé Xiaomi
– Sécurité : une application fourre-tout permettant notamment de manager la mémoire du téléphone, sa data, ou encore d’économiser de l’énergie
– Fonds d’écran carrousel
– Calculatrice
– Boussole
– Magnéto : un dictaphone
– Musique : un lecteur MP3 façon Xiaomi
– Télécommande MI
– Etc.

A côté de cela, on a droit à quelques applications liées à des partenaires comme Facebook, mais aussi à 3 jeux. Ces derniers peuvent heureusement être désinstallés.

Les fans seront ravis d’apprendre que le POCO Launcher apporte un tiroir des applications.

Du côté des fonctions sympa, on a un mode sombre ainsi que le double-tape.

Les 3 touches Android habituelles pourront être remplacées par un système de gestures.

  • Système d’exploitation : Android 10 | Fork : MIUI 11.0.4

6. Usage : belles photos, bonne autonomie

Globalement, le Redmi K30 est un smartphone “bon à tout faire” et qui excelle sur certains points.

Ce mobile est notamment destiné à des usages multimédia, mais pas que.
Il permet aussi de passer des appels, d’envoyer des SMS et des emails, de consulter des pages Web, utiliser un logiciel de navigation GPS, etc.

Or, deux aspects permettent à ce smartphone chinois de se distinguer de la concurrence : d’une part la qualité photo, et d’autre part l’autonomie.
Et je peux déjà vous dire que sur ces deux points, notre Redmi K30 assure.

Sur ce terminal, Xiaomi n’a pas fait les choses à moitié puisqu’il est équipé de 4 objectifs photo : un objectif principal grand angle Sony IMX586 de 64 mégapixels ouvrant à f/1.9, un objectif ultra grand angle (120°) de 8 MP ouvrant à f/2.2, un objectif macro de 2 mégapixels ouvrant à f/2.4, et un capteur de 2 MP servant à mesurer la profondeur de champ.

En plein jour, l’APN principal fournit d’excellents résultats.

Par défaut, le Redmi K30 réalise des photos en 16 MP mais l’application photo offre l’option 64 MP.
On est ici sur le procédé de pixel binning, une technique combinant 4 pixels en 1, ce qui permet notamment une plus grande sensibilité en basse luminosité.

En basse luminosité, le Redmi K30 s’en tire bien sans pour autant être au niveau des cadors du marché.

Dans ses paramètres photo, notre smartphone propose un mode Nuit permettant de gagner une meilleure exposition.
Attention qu’il faudra compter environ 3 secondes entre le déclenchement et le rendu final de l’image.

Dans la nuit profonde, le rendu conserve une part de bruit numérique relativement présent.

Le module photo arrière intègre un objectif ultra grand angle qui se traduit dans l’application photo par l’option “zoom 0,6x”.
En plein jour, les résultats sont plutôt convaincants.

Après le mode bokeh, le téléobjectif, l’ultra grand angle, la nouvelle mode des fabricants de smartphones est de proposer un objectif macro.
C’est en effet le cas pour ce Redmi K30.

Avec un objectif de 2 mégapixels les possibilités restent limitées et les clichés seront plutôt destinés à être publiés sur les réseaux sociaux.
Malgré tout, les résultats sont assez convaincants. On a véritablement une mise au point à 2 cm du sujet, ce que ne peut pas faire l’appareil photo principal.

Ce dernier est non seulement capable de filmer en 1080p à 30 et à 120 FPS, mais également en 4K à 30 FPS et en 720p à 960 FPS.

A l’avant, on trouve deux capteur photo : un objectif grand angle de 20 mégapixels ouvrant à f/2.2 et un capteur de 2 MP ouvrant à f/2.4 destiné à mesurer la profondeur de champ.
L’ensemble permet de réaliser de beaux autoportraits.

Notre smartphone de test embarque une batterie de 4500 mAh compatible avec la technologie de charge rapide 27W.
Avec le chargeur fourni dans la boîte, il aura fallu 68 minutes pour passer de 0 à 100% de batterie.

Dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable, ce mobile tiendra 2 jours avant de demander à être rechargé.

Une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 10% de l’énergie contenue dans la batterie. C’est beaucoup mieux que les 15% habituellement constatés depuis 2019.

  • Appareil photo dorsal :  64 + 8 + 2 + 2 mégapixels avec autofocus et flash dual LED.
  • Batterie : Fixe de 4500 mAh.

En conclusion : une offre intéressante mais qui ne comblera pas tout le monde

Il est clair que le Redmi K30 est un bon smartphone.

Il bénéficie d’une excellente qualité de fabrication, de belles performances, d’un bon système d’exploitation et d’une bonne autonomie.
De plus, il produit de beaux clichés.

Même si on aurait préféré un écran AMOLED comme sur le Mi 9T (Redmi K20), l’écran IPS LCD de ce Redmi K30 est vraiment de bonne facture.

Finalement, le point principal qui pourra porter à discussion concerne la connectivité.
Il portera sur l’absence des bandes B7, B20 et B28 en 4G LTE.
Reste à vous de voir si cela constitue un handicap à vos yeux.
Vous pouvez également patienter et attendre l’arrivée probable d’un POCO X2 en version globale.

  • Les plus : Qualité de fabrication, écran, performances, USB-C + mini-jack, bonne autonomie.
  • Les moins : Poids, 4G LTE incomplète.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

1 commentaire

  1. On va attendre le K30 Pro qui lui a la cam pop up et un écran Amoled est le vrai successeur du K20 Pro (Mi 9T Pro chez nous)
    Dommage de ne pas avoir fait une version “Lite” avec un S7xx pour le successeur du K20 (Mi 9T chez nous).

    Mais apparemment il va coûter plus cher que son prédécesseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *