Accueil » Diverses marques » Test du Oppo Reno : attention, lâcher de requins!

Test du Oppo Reno : attention, lâcher de requins!

 

 

Quel est le point commun entre le Oppo Reno (prononcez “Rhino”) et la DS3 Crossback?
Réponse : tous deux utilisent l’aileron de requin dans leur design.

Mais comme chez TFP on ne teste pas des voitures mais bien des smartphones, c’est donc du Oppo Reno qu’il sera question dans cet article de test.

L’exemplaire qui m’a été envoyé pour réaliser ce test est une version import dotée de 6Go de RAM + 128Go de ROM.
Cependant la version européenne, vendue au tarif officiel de 499 euros TTC, intègre elle 6Go de RAM + 256Go de ROM.

Après une semaine passée en compagnie de cet Oppo Reno, voilà ce que j’en pense.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : requin ou supercar?

La particularité de ce smartphone chinois c’est d’intégrer un module photo avant rétractable en forme d’aileron de requin.
Mais si ce nom a été attribué par les consommateurs, c’est plutôt les supercars et les concept-cars dotés de portes papillon qui ont inspiré les designers de chez Oppo.

Hormis la caméra frontale, ce module rétractable intègre également sur sa face avant l’écouteur.

Comment ne pas succomber aux charmes du Reno.
Les contours en métal anodisé sont associés à un dos en verre, brillant sur la déclinaison Noir de Jais de notre exemplaire de test et mat sur l’autre version nommée Vert Océan.

Si vous ne souhaitez pas voir vos empreintes digitales associées au dos de votre appareil, optez plutôt pour la déclinaison Vert Océan.
Le constructeur a quand même eu la bonne idée d’intégrer une coque arrière de protection en plastique semi-rigide dans le packaging. Cette dernière protège bien sûr le téléphone, mais elle se raye rapidement.

La prise en main est très bonne mais, étant donné ses dimensions vous devrez utiliser votre smartphone à deux mains.

La face avant est occupée à hauteur de 93,1% par l’écran de 6,4 pouces protégé par une vitre Corning Gorilla Glass 6 au profil 2.5D.
Celui-ci est surmonté par une fente conduisant à l’écouteur et par les capteurs de luminosité/proximité.
Pas de LED de notifications et pas de touches sensitives Android. Ces dernières étant intégrées à l’écran, elles sont donc tactiles.

Retournons le terminal pour découvrir un double capteur photo suivi de la mention “Designed by Oppo” et de la marque Oppo.
Le petit détail qui tue, c’est l’absence d’aspérité au niveau des deux objectifs photo. Tout est plat puisque recouvert par le verre qui compose le dos du smartphone.
Autre détail qui tue, la petite bille en céramique qui empêche aux deux objectifs photo de se rayer lorsque le mobile est posé dos à une table.
On notera l’absence de flash LED à l’arrière du téléphone. Ce dernier se trouve au dos du module photo rétractable.

Le flanc gauche est occupé par le tiroir SIM (2 nano SIM) et par les touches de volume.

Sur le côté droit, on trouve le bouton d’allumage souligné d’une petite ligne verte.

Sur la tranche supérieure, on note la présence de l’emplacement réservé au module photo rétractable.
Ce dernier intègre une entrée micro secondaire.

La tranche basse sert de terre d’asile au port mini-jack, à l’entrée micro primaire, à un port USB-C et à la grille du haut-parleur.

  • Dimensions : 156,6 mm de long x 74,3 mm de large x 9,0 mm d’épaisseur | Poids : 185 grammes

2. Image et son : effet cinéma garanti

Le Oppo Reno est un smartphone dans l’air du temps.
Il est équipé d’un écran de 6,4 pouces au ratio 19.5:9 débarrassé de toute encoche.

Ce grand afficheur s’appuie sur la technologie Amoled et offre une résolution Full HD+.
Les couleurs sont belles, les contrastes sont infinis, les noirs sont profonds et les angles de vision sont largement ouverts.

Malheureusement, seule la température des couleurs peut être réglée (de couleurs froides à couleurs chaudes).
Il n’existe pas de profils prédéfinis, comme par exemple chez OnePlus.

Avec 450 cd/m², la luminosité de l’écran permet de consulter sans difficulté son mobile en extérieur.

On prendra un réel plaisir à regarder des films et des vidéos sur l’écran full-view du Reno.

Le son diffusé par le haut-parleur principal situé sur la tranche inférieure du terminal est crystallin et relativement puissant (111 db mesurés à la sortie).
Certains utilisateurs diront qu’il manque de basse, mais c’est tout à fait normal sur un smartphone.
On est plutôt ici sur de l’aigu et sur du haut medium. Personnellement, cela me convient très bien!

L’écoute au casque est très agréable, et on bénéficie même du Dolby Atmos.

En appel, le son restitué par l’écouteur est tout à fait satisfaisant. On comprend bien son correspondant.

  • Ecran : 6,4 pouces (Amoled) avec une résolution de 1080 x 2340 pixels, soit donc une densité de 402 ppp.
  • Son : mini-jack et haut-parleur mono. Écouteur classique

3. Performances : plus que satisfaisantes

Pour équiper son Reno, Oppo s’est tourné vers Qualcomm et son Snapdragon 710, un processeur 8 cœurs plutôt destiné aux smartphones du segment du milieu de gamme premium.

Ce SoC est ici accompagné d’une mémoire vive conséquente de 6Go qui conviendra tout à fait aux boulimiques du multitâche.

Avec des scores de plus de 174.700 points sur Antutu et d’un peu plus de 1800 points sur 3D Mark (Sling Shot Extreme), ce smartphone venu de l’Empire du Milieu ne rencontre aucun problème pour faire tourner tous les gros jeux 3D du moment et toutes les grosses applications présents sur le Play Store.
PUBG Mobile se lance ainsi en qualité graphique maximale.

Sur notre exemplaire de test, la mémoire de stockage est de 128Go (soit environ 110Go réellement dédiés à l’utilisateur), mais sachez que la version européenne du Reno embarque bien 256Go.
Par contre, cette dernière ne pourra pas être étendue étant donné que ce mobile ne possède pas de slot micro SD.
Mais croyez-moi, avec 128 ou 256Go de stockage il y a de quoi faire!

  • Antutu Benchmark (v7.3.2) : 174.719 points | 3D Mark (Sling Shot Extreme) : 1808 points
  • Processeur : Octa-core Qualcomm Snapdragon 710 (2 x 2,2GHz + 6 x 1,7GHz) | Mémoire vive : 6Go  | Processeur graphique : Adreno 616
  • Mémoire de stockage : 128Go de mémoire qui se transforme en 110Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : complète

Même si nous ne sommes pas ici sur la déclinaison 5G, notre Oppo Reno de test est un smartphone future-proof.

En effet, nous pouvons compter sur un modem 4G LTE de catégorie 15 (800 Mbps en download et 225 Mbps en upload) intégrant les bandes B20 et B28 (sur la version européenne), et bien évidemment sur de la 2G et sur de la 3G+.

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G ou en 4G.

A côté de cela, on a le pack de toutes les autres connexions dignes d’un smartphone moderne : du Bluetooth (5.0), du WiFi (a/b/g/n/ac), du (A)GPS/Glonass/BDS/Galileo, 2 emplacements nano SIM (1 seule active en 4G LTE), un port mini-jack, un port USB-C (OTG) et du NFC.
Cette puce est aujourd’hui enfin intéressante, notamment pour pouvoir effectuer des paiements sans contact.
Par contre, pas de radio FM et pas de slot micro SD.

L’accroche du réseau WiFi est très bonne, et pour le GPS, dans une cour de copropriété urbaine, il aura fallu 12 secondes à notre Oppo Reno avant d’obtenir un premier fixe (9 satellites).

Au niveau des sensors, nous pouvons compter sur un accéléromètre, une boussole, un gyroscope, et sur les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

Mais le plus intéressant, c’est la présence d’un lecteur d’empreintes digitales placé sous la dalle.
Même s’il fait appel à une technologie optique, le déverrouillage se montre relativement rapide.

Le smartphone peut également être déverrouillé via la technologie de reconnaissance faciale.
Si cela fonctionne relativement bien, il faudra quand même attendre environ 1 seconde avant que votre smartphone se déverrouille, le temps que le module photo motorisé sorte de son logement et que la caméra vous reconnaisse.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 1,11 W/kg à la tête. C’est un score très élevé pour un mobile sorti en 2019.

5. Système d’exploitation : un Android largement customisé

Le Reno tourne sous ColorOS 6, le tout dernier fork d’Oppo, basé sur Android 9 Pie.

Cette interface me fait largement penser à MIUI 10, saupoudré d’un zeste d’EMUI 9.
Nous sommes donc sur une surcouche bien présente, qui néanmoins est assez agréable à utiliser… pour celles et ceux qui aiment les grosses surcouches.
Si vous êtes un adepte de l’Android stock, passez votre chemin, surtout que ColorOS 6 ne permet pas d’installer un launcher alternatif.

ColorOS 6 gomme certains défauts qui étaient présents sur ColorOS 5.

Si la nouvelle interface est ultra-personnalisable, j’ai quand même regretté l’absence de thème sombre pour le menu des paramètres.
Non seulement ce dernier repose les yeux mais il permet également de consommer moins d’énergie. En effet, avec la technologie Amoled un pixel noir est un pixel éteint.

On pourra ici choisir d’activer ou pas le tiroir d’applications. C’est une bonne chose.

Il sera également possible d’installer ou pas les raccourcis des applications sur l’écran d’accueil.
Si vous choisissez de ne pas le faire, les raccourcis seront uniquement intégrés au tiroir des applications.

Et puisqu’on parle applications, notez que le constructeur a installé ses propres applications comme :

– Météo

– Calculatrice
– Enregistreur

– Gestionnaire de sécurité : qui permet notamment de manager sa RAM et son espace de stockage

– Espace de jeu Oppo : qui permet de booster les performance du terminal en mode jeu
– Etc.

Parmi les fonctions sympa, on notera la possibilité de remplacer les 3 touches habituelles Android par différentes gestures, ainsi que la présence de l’Always On Display.

  • Système d’exploitation : Android 9 Pie | Fork : ColorOS 6

6. Usage : de belles photos et une bonne autonomie

Comme tout smartphone qui se respecte, le Reno est bien sûr capable de passer des appels, d’envoyer des SMS, de naviguer sur le Web, de lire des fichiers MP3 et des vidéos, de jouer à des jeux 3D, etc.

Mais il reste encore en 2019 deux aspects qui permettent de différencier les smartphones entre eux : la qualité photo et l’autonomie.

En ce qui concerne la qualité photo, c’est pas mal du tout! Et je dirais même plus, c’est même plutôt bien.

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, notre smartphone chinois se contente de proposer 2 capteurs photo arrière : un premier de 48 mégapixels ouvrant à f/1.7 (Sony IMX586) et un second de 5 MP ouvrant à f/2.4.
Ce dernier sert à gérer la profondeur de champ, alors que le premier est accompagné d’un autofocus à détection de phase.

Pour le capteur principal, par défaut les images possèdent un définition de 12 mégapixels.
4 photosites du capteur servent donc à générer un seul gros pixel afin d’améliorer le rendu de la photo (technologie de pixel-bining). Et il faut dire que cela fonctionne plutôt bien.
Il est également possible de forcer les 48 MP dans les paramètres de l’interface photo.

Que ce soit dans des conditions de luminosités optimales, ou même de faible luminosité, les clichés produits sont de bonne qualité et n’ont vraiment pas à rougir face à la concurrence, surtout à ce niveau de prix.

Les effets bokeh sont plutôt bien gérés, et là aussi les résultats sont concluants à ce niveau de prix.

Notons que le flash dual-LED se trouve au dos de la camera pop-up.

Le capteur photo principal du Reno est capable de filmer en 4K à 30 FPS, mais également en 1080p à 30 et à 60 FPS.

La caméra frontale de 16 MP ouvrant à f/2.0 produit des autoportraits de bonne qualité pour autant que la lumière soit présente en suffisance.
Cependant étant donné que le traitement de la photo prend plusieurs secondes, il faudra penser à rester immobile pendant ce traitement sous peine d’obtenir un rendu flou.

Pour ce qui est de l’autonomie, elle est également très bonne.
En effet, dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable, notre exemplaire de test aura tenu une journée et demie avant de demander à être rechargé.

La batterie intégrée de 3765 mAh a droit à la technologie de charge rapide maison VOOC 3.0 20W.
Avec le chargeur de 5V-4A fourni dans la boîte, il aura fallu environ 1 heure 20 pour passer de 0 à 100% de batterie.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%) aura consommé 16% de l’énergie contenue dans la batterie. C’est un peu mieux que les 20% habituellement constatés.

  • Appareil photo dorsal :  48 + 5 mégapixels
  • Batterie : Fixe de 3765 mAh.

En conclusion : un smartphone à la page

Le Oppo Reno fait partie de ces smartphones auxquels il y a peu de choses à reprocher.

La liste des points positifs est tellement longue qu’il est difficile de tous les citer.
L’appareil dispose d’une finition impeccable, d’un très beau design, d’un écran magnifique, d’un bon son, de belles performances, d’une mémoire vive présente en suffisance et d’un large espace de stockage.
Il propose également des clichés de qualité.

A cela, on peut ajouter la présence d’un port USB-C et d’un port mini-jack.

La présence du module photo avant en forme d’aileron de requin séduit, mais je vous conseille d’emmener avec vous une petite lingette afin de pouvoir essuyer régulièrement la “lame” afin d’éviter que la poussière s’installe dans le mécanisme.
C’est juste une habitude à prendre!

Notons que ce module photo rétractable est muni d’un dispositif de détection de chute.
Ainsi, si le terminal vous échappe des mains module déployé, la caméra pop-up rentre immédiatement dans son logement.

Petit bémol par contre sur l’absence de slot micro SD et sur le fait qu’une seule des deux cartes SIM accepte la 4G LTE.

En conclusion de cette conclusion, je dirai que cet Oppo Reno est un choix judicieux et qu’il peut clairement figurer dans votre wish-list si vous souhaitez acquérir un smartphone milieu de gamme premium/haut de gamme à moins de 500 euros.

Galerie photos :

Autres :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *