Accueil » Tests – autres marques » Test de l’Infinix Zero 8 : une proposition intéressante

Test de l’Infinix Zero 8 : une proposition intéressante

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la marque Infinix, sachez qu’il s’agit d’une firme basée à Hong Kong et fondée en 2013 après le rachat de l’entreprise française Sagem Wireless en 2011.

Présente pendant plusieurs années sur le territoire français, Infinix se tourne plutôt maintenant vers les marchés africain, russe et latino américain.

Pour acquérir l’Infinix Zero 8 (X687) que je vous présente aujourd’hui, il faudra donc vous tourner vers l’import.

En ce tout début du mois de mai 2021, il est possible de trouver ce smartphone au prix raisonnable de 170 euros.
Ceci dit, pour être certain de payer l’Infinix Zero 8 au mailleur prix, je vous engage à consulter notre très bon comparateur de prix.

Si j’ai choisi de vous présenter ce mobile hongkongais en test, c’est que sur papier il propose une fiche technique de milieu de gamme pour un tarif d’entrée de gamme.

Mais qu’en est-il réellement?
C’est ce que nous allons voir ensemble tout au long de cet article de test.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : un design plutôt original

De nos jours, les constructeurs ont de plus en plus de mal à se différencier sur le design de leurs smartphones, et encore plus si ces derniers font partie du segment de l’entrée gamme.

L’Infinix Zero 8 parvient lui à se démarquer grâce à sa partie arrière présentant un gros module photo en forme de carré sur pointe.
Ce dernier intègre 4 capteurs ainsi qu’un flash dual-tone.

Plus bas, on trouve la marque Infinix, le logo de certification CE et le logo poubelle.

Si la face arrière du terminal est faite d’un plastique recouvert d’une peinture satinée, les contours font quant à eux appel au métal chromé.

Sur le côté gauche, on trouve le tiroir SIM/micro SD (2 nano SIM + 1 micro SD), alors que le flanc droit accueille la touche de volume et le bouton d’allumage.
Ce dernier intègre également un lecteur d’empreintes digitales.

Si la tranche haute du smartphone est vierge de tout orifice, à l’opposé on note la présence d’une prise mini-jack, d’une entrée micro (la seule), d’un port USB-C et de la grille du haut-parleur.

La face avant est occupée à hauteur de 88% par un écran de 6,85 pouces protégé par une vitre Corning Gorilla au profil 2.5D.
Ce dernier abrite dans son coin supérieur gauche une double caméra selfie.

L’afficheur est surmonté d’un écouteur est des capteurs de luminosité et de proximité.
Par contre, pas de LED de notifications!

L’Infinix Zero 8 est disponible en plusieurs coloris : Diamant Noir, Diamant Vert et Diamant Argenté, comme c’est le cas sur notre exemplaire de test.

Il est aussi intéressant de noter que le constructeur a gracieusement intégré une coque de protection en silicone transparent et un film de protection d’écran à l’intérieur de la boîte de cet Infinix Zero 8.

  • Dimensions : 168,7 mm de long x 76,1 mm de large x 9,1 mm d’épaisseur | Poids : 205 grammes

2. Image et son : une image fluide

L’Infinix Zero 8 embarque un (très) grand écran IPS LCD de 6,85 pouces.
Ce dernier dispose d’une définition Full HD+, mais surtout d’un taux de radraîchissement de 90 Hz, ce qui lui confère une belle fluidité au quotidien, mais surtout dans les jeux 3D.

Via le menu des Paramètres vous avez cependant le choix entre du 60 Hz, du 90 Hz et un mode adaptatif.

Les couleurs sont très belles, les contrastes sont bons et les angles de vision sont largement ouverts.

Toutefois, cet écran n’est pas parfait puisqu’il s’agit d’un multitouch 5 points.
Aujourd’hui, la majorité des smartphones sont équipés d’un afficheur 10 points.
Personnellement, cela ne m’a posé aucun problème au quotidien, mais il n’en sera peut être pas de même pour les gros gamers.

La luminosité est donnée pour du 480 nits, mais j’ai constaté qu’en plein soleil il était difficile de voir ce qui apparaîssait à l’écran.
Cependant, en extérieur lorsque le soleil ne brille pas trop, ça passe!

Enfin, sachez que vous ne pourrez pas régler la température des couleurs.

Notamment grâce à son format 20.5:9, on prendra plaisir à regarder des vidéos sur l’écran de cet Infinix Zero 8.

En ce qui concerne le son, le haut-parleur principal diffuse un son clair et puissant (117 db constatés à la sortie).

Le fabricant ayant eu la bonne idée de garder ici la prise mini-jack, il sera donc possible d’y brancher votre casque préféré et d’obtenir un meilleur son en activant la fonction DTS.

En appel, le son restitué par l’écouteur est tout à fait satisfaisant. On comprend bien son correspondant.
Par contre, vu l’absence de micro réducteur de bruit il se pourrait que si vous vous trouvez dans un environnement bruyant, votre correspondant ne vous entende pas correctement.

  • Ecran : 6,85 pouces (IPS) avec une résolution de 1080 x 2460 pixels, soit donc une densité de 392 ppp.
  • Son : Mini-jack et haut-parleur mono. Écouteur classique

3. Performances : une bonne surprise

Côté performances, cet Infinix Zero 8 ne déçoit pas.
Avec des scores de près de 335.000 points sur Antutu et d’un peu plus de 2500 points sur 3D Mark (Sling Shot Extreme), ce smartphone est tout à fait capable de faire fonctionner toutes les grosses applications et tous les gros 3D du moment tels que PUBG Mobile et Call of Duty.

Pour arriver à de tels tésultats, la marque fait confiance à un processeur 8 coeurs Mediatek Helio G90T gravé en 12 nm.
Ce dernier est ici accompagné de 8Go de RAM et d’un processeur graphique Mali-G76 MC4.

Les gamers seront ravis d’apprendre que l’Infinix Zero 8 est équipé d’un système de refroidissement liquide, ce qui est extrêmement rare à ce niveau de prix.

Pour le stockage, sur les 128Go annoncés par le constructeur, seuls 114Go seront réellement disponibles pour l’utilisateur.
Cependant, cette mémoire pourra facilement être élargie par l’ajout d’une carte micro SD (+2To), et cela sans devoir sacrifier un des deux emplacements SIM.

  • Antutu Benchmark (v9.0.5) : 334.964 points | 3D Mark (Sling Shot Extreme) : 2513 points
  • Processeur : Octuple coeur Mediatek Helio G90T (2 x 2,05GHz + 6 x 2,0GHz) | Mémoire vive : 8Go  | Processeur graphique : Mali-G76 MC4
  • Mémoire de stockage : 128Go de mémoire qui se transforme en 114Go lors du premier démarrage.

4. Connectivité : complète

Ce smartphone signé Infinix est compatible avec les réseaux 4G (Vo)LTE (Cat.12) intégrant toutes les bandes nécessaires à une utilisation complète en France, et plus largement en Europe.

A côté de cela, on a bien évidemment de la 2G et de la 3G+.

Comme tout smartphone digne de ce nom, le Zero 8 propose aussi le pack de toutes les autres connexions que sont : le Bluetooth (5.0), le Wi-Fi (a/b/g/n/ac), le (A)GPS, 2 emplacements nano SIM, un slot micro SD, un port USB-C (OTG), une prise mini-jack, la radio FM, etc.
Malheureusement, pas de NFC!

Les accroches réseau sont bonnes, que ce soit en 2G, en 3G, en 4G ou en Wi-Fi.
Pour le GPS, dans la cour d’une copropriété urbaine, il aura fallu 9 secondes à notre mobile de test avant d’obtenir un premier fixe (5 satellites).

Au niveau des sensors, on peut compter sur un accéléromètre, sur une boussole, sur un gyroscope, et sur les habituels capteurs de luminosité et de proximité.

La sécurité n’a pas été mise de côté, puisque ce smartphone peut être déverrouillé de deux manières différentes : via le face-unlock (reconnaissance faciale) ou par le biais du lecteur d’empreintes digitales placé sur le côté droit.
Concernant ce dernier, il est curieux qu’on ne puisse pas enregistrer plusieurs fois l’empreinte du même doigt afin d’affiner la détection.

Ceci dit, dans les deux cas, c’est rapide et efficace.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) : 0,261 W/kg. C’est un excellent score pour un smartphone d’entrée de gamme sorti à la fin du mois d’août 2020.

5. Système d’exploitation : une interface méconnue

L’Infinix Zero 8 est animé par XOS 7, le système d’exploitation maison basé sur Android 10.

Cette interface peu connue est plutôt intuitive et agréable à utiliser au quotidien.
Malheureusement, elle contient des applications indésirables dont certaines pourront être désinstallées. On aura également droit à quelques pubs dont on se serait bien passé.

Au niveau applicatif, il faut quand même préciser que ce smartphone hongkongais intégre bien les GMS (Google Mobile Services).

Les inconditionnels du tiroir des applications seront heureux d’apprendre qu’il est ici bien présent.

Pour ce qui est des fonctions sympa, on a notamment un mode sombre et le double-tape.

  • Système d’exploitation : Android 10 | Surcouche : XOS 7

6. Usage : une bonne surprise

Bien évidemment, notre smartphone de test est capable de passer des appels, d’envoyer des SMS et des emails, de lire des vidéos et des MP3, de faire de la navigation GPS, de jouer à des gros jeux 3D, etc.

Mais il existe toujours en 2021 deux aspects sur lesquels les smartphones peuvent se différencier : la qualité photo et l’autonomie.
Et ne laissons pas le suspense durer plus longtemps, l’Infinitix Zero 8 s’en tire avec les honneurs sur les deux points.

A l’arrière du téléphone on trouve un module photo doté de 4 capteurs : un objectif principal grand angle Sony IMX686 ouvrant à f/1.9, un objectif ultra grand angle de 8 MP ouvrant à f/2.3 et deux capteurs de profondeur de 2 MP chacun ouvrant à f/2.4.

L’application photo est facile à appréhender et agréable à utiliser.

L’objectif principal produit des clichés de bonne facture.

Un mode 64 MP existe également. Il permet d’obtenir des photos plus détaillées.

Les photos capturées avec l’objectif ultra grand angle ne sont presque pas déformées sur les bords. Cela reste tout à fait satisfaisant.

De nuit, il est recommandé d’utiliser le mode Super Nuit pour éviter d’avoir des images bruitées.

Le mode Bokeh (portrait) s’en sort également plutôt bien.

A l’avant, on trouve deux capteurs : un objectif principal de 48 MP grand angle ouvrant à f/2.2 et un objectif ultra grand angle de 8 MP ouvrant également à f/2.2.
L’ensemble est accompagné d’un flash LED situé à gauche de l’écouteur.

Là encore, la qualité des selfies ou des groufies est au rendez-vous.

L’Infinix Zero 8 vous permettra de filmer jusqu’en 4K à 30 FPS, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière.
Cependant, dans les deux cas seules les vidéos réalisées en 1080p à 30 FPS seront stabilisées.

Notre mobile embarque une batterie de 4500 mAh qui permettra d’atteindre les 2 jours d’autonomie dans le cadre d’une utilisation mixte raisonnable.

De plus, le Zero 8 supporte la charge rapide 33 W.
Avec le chargeur compatible fourni dans le packaging, il faudra 30 minutes pour passer de 1 à 70% de batterie.

Enfin, une vidéo YouTube de 60 minutes (toutes connexions allumées, son à 50%, luminosité à 50%, taux de rafraîchissement d’écran à 90 Hz) aura consommé 11% de l’énergie contenue dans la batterie.
C’est beaucoup mieux que les 15% habituellement constatés depuis 2019.

  • Quadruple appareil photo dorsal :  64 MP + 8 MP + 2 MP + 2 MP
  • Batterie : Fixe de 4500 mAh.

En conclusion : un appareil recommandable

L’Infinix Zero 8 est globalement un bon smartphone présentant un très bon rapport qualité-prix-performances.

Il possède un beau design, un bel écran Full HD+ au taux de rafraîchissement de 90 Hz, présente une bonne qualité de fabrication, de belles performances, une bonne autonomie et offre une belle qualité photo.
On pourra également citer la présence d’une prise mini-jack et celle du master combo “2 emplacements nano SIM +  slot micro SD”.

Du côté des points faibles, on citera une luminosité un peu faible, l’absence de micro d’ambiance et la présence de bloadwares.
Certains regretteront également l’absence de puce NFC.

Ceci dit pour un prix de 170 euros, cet Infinix Zero 8 reste une très bonne affaire.
Dans la même fourchette de prix, on pourra également se tourner vers un POCO X3 NFC ou vers un Redmi Note 10.

Galerie photos :

Au sujet de : Alex pour Top For Phone

Je suis passionné par les téléphones mobiles et d'ailleurs, je les collectionne! Mon second hobby : les voitures miniatures.

Voir aussi...

Test de l’OPPO A94 5G : bonnes spécifications, et de la 5G en prime

OPPO est une marque qui a le vent en OP-POupe… Et qui n’a de cesse …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *