Flash news
Accueil » Tests & Comparatifs » Test du Wiko Cink Slim 2 : discrète mise à jour

Test du Wiko Cink Slim 2 : discrète mise à jour

Wiko Cink Slim 2 - vue 02Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces derniers temps, la marque Wiko a su faire parler d’elle.
La marque française (enfin presque car elle appartient désormais à 95% au constructeur chinois qu’est Tinno) a prouvé ses talents en matière de communication, de publicité, etc.

On a donc vu de beaux modèles (Darkmoon, Rainbow, Wax, etc.) annoncés comme il se doit (affichages dans les rues, pages dans les magazines, etc.).

Et puis le Wiko Cink Slim 2 est sorti, discrètement, sans bruit, directement annoncé par les boutiques une fois les stocks arrivés.
Le genre de non-événement auquel Wiko ne nous avait pas habitué sur les 12 derniers mois.

Un Wiko Cink Slim 2 qui paraît, lorsqu’on regarde ses spécifications, à des années lumières de tous les modèles annoncés par le marseillais en 2014.

Et un Slim 2 qui comme son nom l’indique est la nouvelle génération du Wiko Cink Slim qui, a son époque, fut un best-seller, et qui fut probablement LE modèle qui a permis à la marque de se faire connaître.

Alors, ce Wiko Cink Slim 2 (prix en mai 2014 : 99€) est-il le digne successeur, un futur top-ventes, ou bien une simple mise à jour arrivée trop tard ? La réponse dans ce test.

Les meilleures offres du moment :

1. Esthétique : du pareil au même

Wiko Cink Slim 2 - vue 01Le Slim 2, c’est un peu comme le jeu des 7 erreurs… sans les 7 erreurs.
Plus simplement, c’est un copié-collé de la génération précédente. L’esthétique est donc inchangée.

  • Face/avant :
    Un écran de 4 pouces, au dessus duquel on retrouve l’écouteur, le marquage Wiko, l’appareil photo frontal ainsi que le capteur de luminosité et de proximité. Sans oublier une LED de notification.
    En dessous, les 3 touches sensitives rétroéclairées que sont « menu contextuel », « accueil » et « retour ». On notera aussi la discrète entrée micro primaire.
  • Dos/arrière :
    Un capteur photo qui forme une excroissance, accompagné de son flash LED.
    On retrouve également le marquage Wiko ainsi que le haut-parleur.
    Le cache-batterie qui peut être retiré permet d’accéder à la batterie (logique !), les 2 emplacements pour cartes sim, et l’emplacement micro SD.
  • Côté supérieur :
    Y sont placés le bouton on/off, le jack 3.5 et le micro USB.
  • Côté inférieur :
    Rien.
  • Côté gauche :
    Le bouton de contrôle de volume +/-.
  • Côté droit :
    Rien.

Ce mobile offre, bien évidemment, une excellente prise en main (à une main).
Ce en raison de ses dimensions compactes : 127 x 65.5 x 9mm.

Et pour ce qui est du poids, on est sur du lourd, étonnamment : 139 grammes.
C’est tout de même un peu beaucoup pour un mobile de cette catégorie/taille.

  • Flexion :
    Plutôt bonne. Le téléphone montre une bonne rigidité, car même s’il est en plastique, il est compact… et ça, ça aide.
  • Pression :
    Non, toujours pas de Corning Gorilla ou DragonTrail. La dalle est basée sur un vitre qui, si on appuie (très-très) fort, plie et vient impacter l’écran. Aucune protection donc, ni contre la rayure, et encore moins la casse.

Un design un peu daté désormais, où la mode est aux téléphones plus grands et en angles.
Mais au final, avouons qu’il n’est pas laid non plus.

2. Image et son : passable

Wiko Cink Slim 2 - vue 04Autant en 2012, l’écran du Wiko Cink Slim pouvait faire son effet, autant en 2014, avec l’abondance de phablets que nous avons, l’écran du Wiko Cink Slim 2 fait « petit »…

  • Écran :
    Un écran de 4 pouces TFT avec une résolution de 800 x 480 pixels (WVGA) soit donc une densité de 233ppp (Pixels Par Pouce ou encore PPI : Pixels Per Inch).
    Loin d’être surprenant en 2014, on aura même tendance désormais à le (attention au #jeudemots) regarder de haut…
  • Dalle tactile :
    Une dalle tactile capacitive multipoints, qui fait son travail correctement.
  • Haut-parleur, écouteur, jack 3.5 :
    Le haut-parleur, du fait de son emplacement (arrière du mobile) fournira nécessairement un son étouffé si on pose le WCS2 sur une table. Reste que la qualité du son en elle-même et parfaitement acceptable.
    L’écouteur fourni lui aussi un son de qualité tout à fait convenable. Conforme à ce que l’on est en droit d’attendre.
    Enfin, le jack 3.5 fourni lui aussi un son « normal ». D’ailleurs (cependant, je ne peux pas en être sûr pour l’instant) je dirai qu’il est au format CTIA et non plus OMTP comme cela était le cas précédemment.

Un résultat acceptable, certes, mais loin d’être bluffant désormais.

3. Performances : modestes

Wiko Cink Slim 2 - vue 11Même si on est en présence d’un mobile 2 fois plus puissant que la génération précédente, on est tout de même sur un niveau de performances faibles… Clairement de l’entrée de gamme en 2014.

  • Antutu (v) :
    (-) 11.100 points. Ah, ça, c’est clair qu’on est loin de ce que pouvait proposer le Slim « 1″ (5.000 points) !
  • Quadrant :
    (+) 3.500 points. C’est pas la fête, mais bon.
  • Epic Citadel :
    Plantage systématique… on ne pourra donc pas mesurer ici le nombre d’images par seconde… dommage n’est-ce pas ?

Des performances liées à des composants que sont un processeur double-coeur 1.2GHz (Mediatek MTK6572), un processeur graphique Mali 400MP et 512Mo de mémoire vive.

Côté mémoire de stockage, les 4Go initiaux revendiqués par le constructeur se transforment en 2,6Go disponibles pour l’utilisateur lors du premier démarrage.

4. Connectivité : acceptable

Wiko Cink Slim 2 - vue 15Les Wiko ont toujours été bons sur le plan de la connectivité.
Et même si ici, le WCS2 se concentre sur l’essentiel, il n’en reste pas moins bien doté.

Donc, concrètement, vous n’aurez ici ni 4G ni NFC, mais tout le reste.
A savoir du WiFi, du bluetooth, du GPS, du jack 3.5, un emplacement micro SD, etc.

Mais l’intérêt principal est que ce mobile est double-sim, et donc doté de 2 emplacements pour cartes sim.
Et précisément (bien que cela parlera principalement aux connaisseur), il s’agit d’un dual-sim stand-by.

Un mobile double-sim quadribandes qui vous suivra donc partout dans le monde.
A cela s’ajoute une connexion Internet Mobile en H+ (la limité avant la 4G). Un vrai bon plus.

  • DAS (Débit d’Absorption Spécifique) :
    Il s’agit d’une « norme » qui permet de valoriser la quantité d’ondes émises par un téléphone lors de son fonctionnement (notamment en appels). Plus cette valeur est élevée, plus le risque potentiel pour la santé (en cas d’utilisation longue et répétée) est élevé.
    L’Union Européenne impose donc que tous les constructeurs désireux de commercialiser leurs produits dans la zone UE ne dépassent pas le « score » de 2W/kg.
    Le DAS du 0,479 W/kg, un score dans la bonne moyenne des smartphones en 2014.

Il est clair que le point fort de ce mobile, outre son prix, réside dans son double emplacement pour cartes sim.

5. Système d’exploitation : Android « stock » (ou presque)

Wiko Cink Slim 2 - vue 09Comme toujours chez Wiko, on retrouve un système d’exploitation Android.
Un système connu et maîtrisé depuis de nombreux mois par le constructeur qu’est Tinno.

  • Système d’exploitation :
    Le système préféré des constructeurs, Android. Proposé ici dans sa version 4.2.2 « Jelly Bean ».
    Ca n’est certes pas la dernière version à date (4.4.2 « Kit Kat »), mais ça sera toujours mieux que la version 4.0 « Ice Cream Sandwich » dont été doté le Wiko Cink Slim premier du nom.
  • Surcouche constructeur :
    Heum… non, toujours pas. Wiko n’est pas une marque qui aime faire dans la surcouche.
    On a donc un peu de travail au niveau design (fond d’écran, icônes) et quelques fonctionnalités/applications, sans plus.

Un OS qui fonctionne donc parfaitement bien et sur lequel on peut avoir la quasi-certitude que Wiko ne fera jamais de mise à jour.

6. Usage : pour les peu exigeants

Wiko Cink Slim 2 - vue 14Oui, le Wiko Cink Slim 2 est loin d’être un bête de course.
Et pourtant, on peut jouer à des jeux 3D, lire un document .pdf ou word, etc.

Un mobile dont on ne peut clairement pas dire qu’il se destiné au marché des professionnels, mais qui sera parfaitement adapté aux besoins des particuliers, pour peu qu’ils soit raisonnables.

  • Appareil photo :
    Le capteur dorsal de 5MP est accompagné d’un flash LED et d’un autofocus.
    La qualité est « acceptable » (et encore), mais reste qu’il y a un voile blanc lié à la surexposition. Peut-être un problème pouvant être résolu avec une application photo (et il y en a un paquet sur le Play Store, ça tombe bien).
    Échantillon photo : figurine de motard.
  • Autonomie :
    Une batterie de 1.600 mAh totalement adaptée à ce type de mobile.
    Un test en conditions réelles (toutes les connexions ouvertes, la luminosité à 50%, le son à 50%) aura permis de voir ce téléphone ne consommer que 1-2% en 5 minutes de lecture vidéo YouTube. Donc on peut extrapoler un moins 20% de consommation de la batterie par heure.

Certes, il s’agit d’un mobile capable de faire des jeux, de la lecture mp3, de la lecture de vidéos, envoyer/recevoir des SMS et des appels, etc.
Mais malgré tout, il le fera comme un entrée de gamme. A savoir que les jeux 3D ne devront pas être mis en définition maximum, l’ergonomie logiciel (en raison de l’absence de surcouche) ne sera pas des plus ludiques pour certains, etc.

Conclusion :

C’est un demi-échec. Car même si le Wiko Cink Slim avait fait sensation lors de son lancement en 2012 en devenant une alternative pas chère (et efficace pour l’époque) à des mobiles de grandes marques, ces dernières se sont remises sur le bon chemin et proposent toutes de bons mobiles low-cost.

D’autant que chez Wiko même, il existe 2 autres modèles moins chers que le WCS2 et pourtant intéressants : Wiko Ozzy et Wiko Iggy.

Alors, sans pour autant vous le déconseiller, on vous recommandera ;
- soit d’attendre que le prix du Wiko Cink Slim 2 baisse
- soit d’opter pour un autre mobile de la marque

On aurait aimé pouvoir dire qu’on est fans de ce Slim 2, mais il est nettement moins impressionnant que ce que fut le « Slim première génération » en son temps… moins bluffant, et donc moins attachant.

Galerie photos :

Autres :

Voir la vidéo de déballage du Wiko Cink Slim 2.

A propos de Marco pour Top For Phone

Passionné de hi-tech, je suis l'Editeur et le Rédacteur en Chef de Top For Phone. Dans le registre des loisirs, j'aime la voiture, la moto... et les jeux vidéo (Xbox et PC).

6 commentaires

  1. Merci pour le test, mais du coup j’hésite car je voulais un 4 pouces pas trop cher
    et des 4 pouces il n’y en a pas beaucoup.

    • Il y a déjà le Moto E/ HTC 500/HTC 8X en 4p pas très cher
      Pour la série ‘Pop’ sur le papier c’est bien mais on attendra de voir les test de finition (notament réception réseau), le premier test vu n’est pas au top, mais peut-être était-ce un pc de l’opérateur ou du model reçu, qui sait

  2. Si tu recherche un 4 pouces pas trop cher, il y a l’Alcatel One Touch POP S3 qui est dispo à 149€ chez Materiel.net : c’est un Quad Core Qualcomm avec le réseau 4G en plus.

    D’ailleurs est il prévu un test par TopForPhone pour ces nouveaux Alcatels dispos chez le partenaire Materiel.net (POP S3, Idol Mini 2S et Idol 2S) ?

  3. Tiens le iggy est dispo chez free mobile, un grand pas pour wiko ;)

    Sinon, ce test confirme bien le ressentit general à propos de ce terminal…

  4. Merci pour le test.

    Je note néanmoins qu’étant sous l’Android 4.2.2 d’un modèle d’une marque française concurrente à Wiko, certaines icônes (couleurs, formes, etc.) ne correspondent pas aux miennes.

    De plus, mon portable (doté d’une machinerie interne équivalente) ne dispose pas des « Smart gestures ».

    Ma question est donc : y’a-t’il plusieurs versions du 4.2.2 en fonction des matériels ou chaque constructeur peut-il ajouter des fonctions particulières à ses modèles ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>